Girondins – Mercato : c'est la grande braderie de Bordeaux !
Jean-Louis GassetCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
TRANSFERTS

Girondins – Mercato : c'est la grande braderie de Bordeaux !

Si les Girondins de Bordeaux demeurent soutenus économiquement par leur actionnaire King Street, le club aquitain a des perspectives déprimantes sur le marché d'hiver de janvier 2021.

Zapping But! Football Club Bordeaux : le palmarès complet des Girondins

La phrase :

« Je dis qu’on a un groupe trop étoffé à certains endroits. Il y a des endroits où on est limite, mais il y a des endroits où il y a beaucoup trop de joueurs qui ne peuvent figurer dans le groupe. Et ce n’est pas une bonne chose de vivre avec des gens qui sont un peu moins concernés, parce qu’il n'y a pas la place… Personne n’est heureux. »

Jean-Louis Gasset

Les besoins : Gasset vise trois joueurs

S'il espère qu'un dégraissage lui offre une fenêtre de tirs pour recruter, l'entraîneur des Girondins de Bordeaux a plusieurs souhaits. Dans un monde parfait, il aimerait attirer trois éléments au sein de l'effectif au scapulaire : un latéral gauche titulaire (pour remplacer Sabaly et Benito), un milieu de terrain (avec le départ possible de Basic) et un attaquant.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DES GIRONDINS DE BORDEAUX

Les moyens : King Street a serré la vis

Si King Street s'est engagé face à la DNCG pour que Bordeaux passe sans encombre le gendarme financier du foot français, cela ne veut pas dire que le fonds d'investissements américain fera autre chose que d'éponger les pertes d'exploitation. En clair, Alain Roche, le nouveau directeur sportif aquitain, s'est vu fixer pour mission de réaliser des ventes et il n'aura aucune marge de manœuvre pour négocier avec autre chose que des joueurs libres ou en prêt gratuit. Absolument tous les joueurs de l'effectif, des éléments bankables (Basic, Otavio, Maja) aux joueurs libres dans six mois (Sabaly, De Préville, Pablo), sont sur le marché.

Le dossier phare de janvier : Toma Basic

Plus qu'un De Préville, qu'un Pablo ou qu'un Sabaly (qu'il ne considère pas comme indispensable), Jean-Louis Gasset a surtout pour principale inquiétude la gestion du dossier de son milieu de terrain croate. Le coach bordelais tient Basic en haute estime et le considère comme l'un des cracks du football européen de demain. Conscient qu'il ne pourra pas remplacer à l'équivalent l'ancien joueur de l'Hadjuk Split, Gasset espère secrètement que les offres (émanant surtout d'Italie) seront insuffisantes pour convaincre King Street. Reste les velléités du joueur, régulièrement exprimées par son agent, qui sont de partir au plus vite vers un nouveau projet...