ASSE, FC Nantes, OM, Girondins : les Ultras black-listés la saison prochaine ?

true

Alors que le sport de haut niveau n’est pas prêt à retrouver du public à grande échelle, certains groupes de supporters pourraient ne plus être les bienvenus.

La crise sanitaire aura au moins eu l’avantage de mettre en avant l’importance des supporters. Tout le monde est presqu’unanime sur la question : le football ne peut exister sans public. C’est sans doute la raison pour laquelle Roxana Maracineanu est prête à accélérer le retour des fans en juillet dans les enceintes sportives. Cela doit encore être confirmé sur la durée mais L’Équipe se pose déjà la question du retour des groupes de supporters, avec qui les relations sont tendues depuis des mois. 

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

Plusieurs sont notamment cités par le quotidien sportif : ceux de l’ASSE, du FC Nantes mais aussi des Girondins de Bordeaux. « Les avancées dans le dialogue à l’échelle nationale contrastent avec certaines situations locales difficiles. À Marseille, Nantes ou encore Bordeaux, les tensions entre les groupes ultras et leur club restent importantes, font savoir nos confrères. La persistance des violences chez certains ultras, comme ceux de Saint-Étienne, peut-elle remettre en cause l’approche actuelle du gouvernement ? » 

Les Ultras privés de certains chocs la saison prochaine ? 

« Maintenant, c’est aux groupes d’ultras de prouver qu’ils sont capables de participer au cercle vertueux, prévient Antoine Mordacq, patron de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH). Vu les récents incidents, je ne serais pas étonné que certains préfets refusent d’autoriser les déplacements sur certaines affiches sensibles la saison prochaine. »