ASSE, FC Nantes, OM, OL, PSG : Aulas et Canal+ pourraient encore sauver le foot français
Jean-Michel Aulas (OL)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
DERNIER RECOURS

ASSE, FC Nantes, OM, OL, PSG : Aulas et Canal+ pourraient encore sauver le foot français

Si le nouvel appel d’offres lancée par la LFP a été jugé infructueux, tout n’est pas encore perdu pour sauver le football français. Les prochaines 48 heures sont décisives.

Il n’y a pas eu de miracle hier lors des résultats du nouveau lancement des droits TV par la LFP. Quatre candidats se sont déclarés pour prendre la suite de Mediapro. Selon L’Équipe, Amazon et Discovery ont misé sur la L1, tandis que DAZN a postulé sur la L1 et la L2. Aucun des trois n’a mis des montants suffisants pour empocher la mise alors que Jean-Michel Roussier, le directeur éditorial de Téléfoot, s’est présenté en son nom propre mais n’a pas convaincu.

Aujourd’hui, la LFP repart donc de zéro ou presque avec vraisemblablement trois options. Elle peut relancer très vite un appel d’offres sur toute la L1 en y incluant le lot 3, peut aussi décider de traiter directement de gré à gré avec les trois participants d’hier... ou de choisir de le faire avec Canal+, qui se satisfera peut-être finalement de cette voie-là, moins incertaine qu’une nouvelle consultation.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'AS SAINT-ETIENNE

Amazon contrarie les plans de Canal+

Une base pourrait être l’offre orale déjà formulée par les dirigeants de la chaîne cryptée : 590 M€ annuels, plus 100 M€ de variable en fonction du nombre d’abonnés gagnés pour l’ensemble des droits de la L1. Il faudra quoi qu’il arrive aller vite pour ne pas faire tomber le football français, exsangue depuis le début de la crise sanitaire. De plus, Canal+ a tout intérêt à agir rapidement car la LFP  conserve encore une belle carte en main. En effet, Vincent Bolloré ne connaît toujours pas le montant émis par Amazon et la nature de l’intrusion du géant américain du e-commerce, seul candidat pouvant potentiellement, à ses yeux, contrecarrer ses plans.

 

Aulas, vengeur démasqué ?

« Maxime Saada pourrait profiter d’une sollicitation de la Ligue, voire se signaler auprès d’elle, et saisir l’opportunité de négocier dès aujourd’hui les meilleurs matches, à un tarif avantageux pour son groupe. Une hypothèse qui ne serait pas écartée », observe le quotidien sportif. Ce dernier rappelle que deux dates pourraient accélérer le processus : le vendredi 5 février, date prévue pour le paiement de la nouvelle échéance pour ses deux matches de Ligue 1 (56,4 M€ HT) que, pour l’heure, Canal+ ne veut pas honorer.

Et le dimanche 7 février, où doit se jouer le Classique entre l’OM et le PSG. En parallèle, tout cet imbroglio pourrait trouver en Jean-Michel Aulas un intermédiaire salutaire. « J’ai comme l’impression que sur les appels d’offres... on risque de parler d’Aulas, plutôt positivement. Ce monsieur est un vrai politique », a glissé de manière énigmatique l’insider Mohamed Toubache-Ter sur Twitter. À confirmer.