ASSE, FC Nantes, RC Lens, PSG, OM, OL : une révolution se prépare, jackpot en vue pour la L1 ?
Vincent Labrune (LFP)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
MANNE

ASSE, FC Nantes, RC Lens, PSG, OM, OL : une révolution se prépare, jackpot en vue pour la L1 ?

Vincent Labrune, président de la LFP, entend mener une petite révolution pour faire repartir la L1 par le haut suite à la crise sanitaire. Tous les clubs pourraient bénéficier de cette nouvelle donne.

Zapping But! Football Club LOSC, OL, Monaco, OM : Top 10 des ventes de L1 vers la Premier League

L’idée d’une filiale commerciale susceptible de booster les revenus de L1 fait son chemin en France. À l’instar de ses homologues européens, la LFP y travaille depuis des mois, aidée de deux banques d’affaires (Lazard et Centerview) et d’un cabinet d’avocats (Darrois). Avant de lever des fonds, la Ligue veut obtenir l’accord des clubs et caler une règle de répartition des revenus additionnels qui seraient générés.

« La création d’une filiale commerciale de la LFP n’est pas une lubie, et encore moins un caprice de quelques actionnaires en mal de liquidités, mais une impérieuse nécessité pour le futur du football professionnel français, estime Vincent Labrune dans L’Équipe. À court terme, il est pris dans un étau. Au niveau sportif, il est en effet condamné à obtenir des résultats probants sur la scène européenne pour conserver sa place dans le Top 5 en vue de la réforme de la Ligue des champions en 2024. Il est également dans l’obligation de conserver ses talents afin de proposer un spectacle attrayant au niveau national pour créer les conditions de la réussite de son prochain appel d’offres de droits télévisés. Et dans le même temps, en raison de la défaillance de Mediapro et de la baisse drastique de ses droits sur la période 2020-2024, il n’a jamais eu si peu de moyens pour être compétitif en coupe d’Europe et conserver ses meilleurs joueurs dans notre championnat. »

Une réunion au sommet le 20 octobre

Concrètement, il s’agira de déterminer la valeur de la L1. La Liga a été valorisée à 24 milliards d’euros et la Serie A à 15 milliards. Sur ces bases, le championnat français pourrait être valorisé autour d’une douzaine de milliards. La loi, qui doit être votée en décembre, doit permettre à la LFP ou toute autre Ligue de faire entrer un partenaire à hauteur de 20 %. Mais le football professionnel français devrait se contenter de céder 10 %, ce qui pourrait permettre de récolter un montant supérieur au milliard d’euros.

Une bouée de sauvetage, selon Labrune. « Pour créer les conditions de compétitivité de court terme de notre football, il n’y a pas d’autres solutions que de lever des fonds pour compenser le désavantage compétitif que nous avons sur la période vis-à-vis de nos voisins, assure-t-il. Cette entrée d’argent frais permettra, par ailleurs, d’éviter la faillite d’un certain nombre de clubs aujourd’hui en grande difficulté. Mais également, grâce à une solidarité que nous voulons globale, d’aider de façon conséquente la FFF et le football amateur. » Une réunion est prévue, le 20 octobre, avec tous les clubs de L1 sur ce sujet brûlant. Mais à l’issue peut-être salutaire.

Pour résumer

Vincent Labrune, président de la LFP, entend mener une petite révolution pour faire repartir la L1 par le haut suite à la crise sanitaire. Tous les clubs pourraient bénéficier de cette nouvelle donne financière. Explications.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert