Les supporters de l'ASSE en fusion
Les supporters de l'ASSE en fusionCredit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
RIP

ASSE, FC Nantes : une légende des deux clubs s’est éteinte

René Donoyan nous a quittés hier à l'âge de 81 ans. L’ancien gardien des Verts avait également porté le maillot du FC Nantes, un club qu’il a toujours gardé en mémoire.

Zapping But! Football Club Top 20 : joueurs en fin de contrat

L’ASSE et le FC Nantes sont en deuil. Gardien des Verts de 1957 à 1964, René Donoyan s’est éteint hier à l’âge de 81 ans. Il avait participé à la première finale de la Coupe Gambardella de l'histoire de l'ASSE en 1958, perdue face au RC Lens (1-3). Surnommé « le guépard » en raison de son impressionnante détente horizontale, il a disputé 28 matches en équipe première avec l’ASSE.

« Je jouais à La Ciotat et dans la sélection des cadets du sud-est tout en étant apprenti aux chantiers navals pour devenir dessinateur de coques de bateaux. Un jour, un recruteur de Saint-Etienne m’a proposé de rejoindre les Verts. J’avais 17 ans. C’était un rêve, avait déclaré Donoyan en janvier 2020. Les personnes qui m'ont le plus marqué à Saint-Etienne ? D’abord Jean Snella, un grand entraîneur. Il imposait une discipline de fer. Jeune, je n’avais pas le droit de pénétrer dans les vestiaires des pros. Parfois, il me demandait d’enlever les mauvaises herbes sur la ligne de but avec un couteau. Avec lui, j’étais au garde-à-vous. J’ai également côtoyé de grands joueurs comme Rachid Mekhloufi, Robert Herbin, Kees Rijvers et Roland Guillas. »

Ce même Donoyan avait alors également eu une pensée pour l’autre club de sa vie, le FC Nantes (1972-1976) : « J’ai eu la chance de porter le maillot des deux plus grands clubs français des années 60-70. Saint-Étienne et Nantes, ce sont mes clubs de cœur. »





Pour résumer

Le site officiel de l’ASSE nous apprend que René Donoyan nous a quittés hier à l'âge de 81 ans. L’ancien gardien des Verts et des Canaris avait également porté le maillot du FC Nantes, un club qu’il avait toujours gardé en mémoire.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert