ASSE, Girondins : Romeyer a dit non à King Street 

true

Le co-président de l’ASSE Roland Romeyer a dit non aux Américains de King Street avant que ces derniers n’optent pour prendre le contrôle des Girondins de Bordeaux.

La défiance des supporters des Girondins de Bordeaux est visible depuis plusieurs mois. Depuis que  M6 a quitté le navire, le FCGB semble plongé dans une situation très spéciale, avec des dirigeants qui donnent l’impression de vouloir dépassionner tout ce qui faisait le sel du club. 

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

La prise de pouvoir de King Street ces derniers mois au détriment de GACP n’a pas arrangé les choses. Au contraire serait-on même tenté d’ajouter, tant la fracture entre les supporters et la direction est actée. Ce n’est donc pas à l’ASSE que les supporters verront d’un mauvais œil le fait que Roland Romeyer ait éconduit King Street avant leur arrivée à Bordeaux.

« Les fonds de pension par définition, ce sont des fonds d’investissement qui tablent leurs réussites sur un retour sur investissement assez rapide. Ils n’ont pas choisi les Girondins de Bordeaux par amour, mais par opportunité économique, explique le journaliste de L’Équipe Bernard Lions à Girondins4Ever. Je sais que King Street était d’abord venu démarcher l’AS Saint-Etienne. Le président Romeyer avait rencontré les représentants de King Street dans un hôtel à Lyon, six mois avant le rachat des Girondins de Bordeaux. L’ASSE n’avait pas senti le truc, justement parce que c’était un fonds de pension. »