Vincent Labrune (LFP)
Vincent Labrune (LFP)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
PACTOLE

ASSE, Nantes, Lens, PSG, OL, OM, Nice, Rennes : un nouveau jackpot attend la L1 !

Dans le cadre de la création de sa société commerciale et forte de l’apport de 1,5 milliard d’euros de CVC, la Ligue table sur un développement important de ses recettes. Ce qui détendrait encore les finances des clubs.

Zapping But! Football Club LOSC, OL, Monaco, OM : Top 10 des ventes de L1 vers la Premier League

L’Équipe a pu consulter un document interne de la LFP qui vaut de l’or. Il établit sur dix ans, de 2022 à 2032, la progression des recettes du foot pro français dans le cadre de la création de la société commerciale de l’instance avec l’apport de CVC qui, en échange de 13 % du capital de la nouvelle entité, va verser 1,5 Md€. Sur ces dix ans, la Ligue souhaite multiplier ses revenus par 2,3, selon ses projections du moment, et ainsi les porter de 774 M€ à 1,801 Md€ ! Selon le quotidien sportif, cette progression doit se faire en deux étapes principales.

La première de 2024 à 2028, correspondant au prochain cycle de droits télé. À partir de 2024, la LFP espère obtenir environ 860 M€ pour ses droits nationaux. Elle se fixe aussi l’objectif de porter les droits internationaux, qui sont actuellement de près de 80 M€ tout compris, à 200 M€ environ les trois premières saisons, et à 350 en 2027-2028. Sur la période 2024-2028, le foot français espère aussi voir ses autres revenus monter, notamment ceux liés au numérique. Il table sur 1,151 Md€ en 2024-2025 pour légèrement dépasser 1,35 Md€ en 2027-2028.

La seconde étape du plan de développement cité intervient avec l’appel d’offres suivant, entre 2028 et 2032. La Ligue espère voir ses droits télé nationaux dépasser le milliard d’euros, à 1,1 par saison. Mais c’est surtout ses droits internationaux qui doivent bondir significativement puisque le plan prévoit qu’ils atteignent les 500 M€ annuels à partir de l’exercice 2030-2031. Le solde pour arriver à 1,801 Md€ serait complété par 150 M€ de nouvelles recettes liées au numérique en 2031-2032 et 50 M€ de sponsors. Dans ce schéma de projections, en dix ans, les droits télé nationaux seraient multipliés par 1,6, les droits internationaux par 6,2 et les partenariats par 2,7.

Pour résumer

Dans le cadre de la création de sa société commerciale et forte de l’apport de 1,5 milliard d’euros de CVC, la Ligue table sur un développement important de ses recettes. Ce qui détendrait encore les finances des clubs français.

Bastien Aubert
Rédacteur
Bastien Aubert

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.