Girondins : le maire de Bordeaux met un gros coup de pression à King Street

true

Effaré par les turbulences secouant le FCGB, le maire de Bordeaux assure vouloir rencontrer le n°1 de King Street pour faire le point sur ses intentions.

Chaque jour qui passe voit la situation empirer aux Girondins de Bordeaux entre les ultras et l’actionnaire majoritaire, King Street. Les premiers reproches au second de n’être en Nouvelle Aquitaine que pour faire de l’argent, au détriment du projet sportif. Pour le faire partir, ils sont prêts à tout, comme à dévoiler le contenu d’une conversation téléphonique avec le responsable de la billetterie, qui place clairement le FCGB dans l’embarras.

Mais ce jeudi dans L’Equipe, le maire de Bordeaux, Nicolas Florian, a sifflé la fin de la récréation. Il explique vouloir rencontrer au plus vite le patron de King Street, Brian Higgins, et personne d’autre, afin d’obtenir un écrit certifiant que sa société sera ambitieuse pour les Girondins pour les années à venir.

Et si l’Américain refuse, Nicolas Florian sait qu’il possède quelques moyens de pression. « Ce n’est pas imposable mais la ville de Bordeaux détient le domaine du Haillan, il y a des conventions collectives, le stade… ». L’élu assure que la mairie a « un pouvoir de nuisance énorme », ce qu’a confirmé un dirigeant du FCGB à L’Equipe en déclarant : « Si on n’a plus le soutien de la mairie, ce sera l’enfer ».