Girondins : le maire de Bordeaux ne lâche pas Longuépée et prévient déjà pour l’après

true

A peine élu maire de Bordeaux, Pierre Hurmic n’a pas lâché son combat pour que Frédéric Longuépée quitte les Girondins.

Les semaines passent et la situation est toujours aussi floue au sein des Girondins. L’audition reportée devant la DNCG n’a rassuré personne, aucune recrue n’est en vue et la rupture est toujours aussi vive entre direction et supporters.

A lire aussi : Tous les articles sur les Girondins

Dans ces conditions compliquées, le maire de Bordeaux Pierre Hurmic a choisi son camp. A peine élu, il a confirmé son souhait de voir Frédéric Longuépée dans les colonnes de So Foot. Même s’il prévient aussi pour la suite… « A condition que cela débouche sur quelque chose d’autre. Si c’est pour nous mettre un clone de Longuépée… Je ne fais pas une fixation sur la personne de monsieur Longuépée, que je ne connais pas, mais sur ce qu’il incarne. On ne peut pas continuer à gérer un club en se mettant à dos tout le monde, et sans donner de garanties sur la pérennité du système mis en place. »

Par la suite, le maire de la ville a dressé un constat des plus accablants pour l’avenir du club. « On nous parle d’un déficit de 30 millions d’euros, mais je crois qu’il est plus important. Parce qu’il y a aussi la dette de 40 millions contractée auprès de Fortress, avec des taux d’intérêt à 12 ou 14%, à rembourser à échéance 2022. Avec le risque que Fortress craigne de ne jamais récupérer son argent, et qu’il mette la pression pour le récupérer avant. Le prêt garanti par l’État pour compenser le manque à gagner lié à l’absence de droits TV à la suite de l’arrêt du championnat a atténué tout cela, mais c’est de l’argent qui va être automatiquement prélevé. Il y a également un tiers de salariés en plus aux Girondins, par rapport à 2018. »

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014