Girondins : l’entourage de Paulo Sousa confirme l’intérêt d’Arsenal !

false

Dans le viseur d’Arsenal pour prendre la suite d’Unai Emery, Paulo Sousa pourrait bien quitter les Girondins de Bordeaux en cours de saison.

Sil n’évolue pas forcément dans un climat très serein du côté des Girondins de Bordeaux, Paulo Sousa (49 ans) obtient pour l’heure des résultats inespérés avec le club au scapulaire. Même si GACP, qui l’a fait venir en Aquitaine, s’apprête à laisser la main des Girondins à King Street, le technicien portugais – sous contrat jusqu’en juin 2022 – fait toujours partie des plans de sa direction. Mais il n’est pas acquis que l’ancien coach de la Fiorentina honorera son contrat à terme.

Sur le marché, le profil de Paulo Sousa plait et l’ancien joueur de la Juventus de Turin pourrait bien rebondir en Premier League… sur le banc d’Arsenal. En effet, Fredy Ljungberg, qui a pris la suite d’Unai Emery après son licenciement, n’est qu’une solution transitoire pour les Gunners. La direction londonienne scrute le marché en quête du meilleur profil et le coach de Bordeaux figure en bonne place sur les tablettes.

Une clause à 2-3 M€ qui fait trembler Bordeaux

Si l’on en croit « Tutto Mercato Web », le Portugais aurait même la main, lui qui peut partir contre un chèque de 2M€ selon les accords passés dans son contrat. Une information confirmée par des proches du technicien à « L’Equipe », qui parle de son côté d’un montant compris entre 2 et 3 M€ pour cette clause libératoire secrète  : « Ils aiment son profil en tant que coach mais aussi en tant que personne. Cela ne veut pas dire qu’il partira. Ils ont ciblé plusieurs candidats mais Paulo en fait partie, assurément. Entre les deux, ça peut matcher ».

D’après cette source proche, Paulo Sousa serait intéressé, lui qui a aujourd’hui des doutes sur le projet des Girondins de Bordeaux : « Le projet n’est pas celui qui lui a été promis, c’est un fait. Il adore les fans mais il a besoin de plus de la part du board, l’équipe n’est pas assez forte pour le top 6 ».

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008