Girondins : les 5 choses à attendre du second Mercato
par Alexandre Corboz

Girondins : les 5 choses à attendre du second Mercato

Dans moins d'une semaine, le Mercato de Ligue 1 va ouvrir ses portes pour la deuxième fois. Le point sur ce qu'il peut se passer du côté des Girondins de Bordeaux. Le chantier s'annonce dantesque.

Définir qui sera le directeur de football en 2020-21

De tous les clubs de Ligue 1, Bordeaux est sans doute celui qui aborde le deuxième Mercato d'été 2020 avec le plus d'incertitudes. Jusqu'à présent, le travail de la direction représentée par Frédéric Longuépée aura consisté à éteindre les incendies médiatiques et passer sans encombre le cap de la DNCG. Désormais, il va falloir effectuer un travail de fond au niveau du sportif et la première pierre de l'édifice aquitain sera de désigner le remplaçant du directeur de football Eduardo Macia, mis à l'écart. Si Ulrich Ramé fait actuellement l'intérim, Alain Roche devrait revenir au club dans les prochains jours et poser la première pierre du nouvel édifice.

Définir qui sera le coach en 2020-21

Une fois le directeur de football nommé, il faudra s'occuper de la question du coach. Un entraîneur censé établir le plan de route par la suite. Si Paulo Sousa est toujours là et ne démissionnera pas, il ne fait guère de doutes que le Portugais – sous contrat jusqu'en juin 2022 – ne croit plus du tout en l'investissement de King Street. Le bras de fer est lancé mais l'accord financier tarde à intervenir autour du départ de Sousa. Pendant ce temps, Jean-Louis Gasset, son remplaçant désigné, patiente en coulisses. A l'instant t, aucun scénario n'est à exclure. Pas même que Paulo Sousa continue finalement l'aventure malgré les couleuvres qu'il a dû avaler...

Accélérer les ventes suivant les exigences de King Street

Si King Street s'est engagé auprès de la DNCG à prendre en charge le déficit, le fond d'investissements américains attend des dirigeants qu'ils rééquilibrent les comptes au maximum en vendant des joueurs. Paul Bernardoni (Angers) et Yassine Benrahou (Nîmes) n'étaient que les premiers d'une longue série. Dans les prochains jours, il faut s'attendre à une vente de François Kamano (Lokomotiv Moscou ? Bétis?) et même à des ventes des derniers éléments « bankables » de l'effectif en direction des pays anglo-saxons. Josh Maja plait aux Rangers et à West Ham. Yacine Adil a des touches en Angleterre.

Trouver des bonnes affaires dans toutes les lignes

Etant donné les incertitudes aux postes clés de directeur de football et d'entraîneur mais également de l'absence de moyens financiers, il est difficile pour Bordeaux d'établir une ligne de conduite de Mercato et de s'y tenir. Les besoins se créeront en fonction des ventes. Sur les derniers Mercatos, Paulo Sousa espérait la venue d'un taulier au milieu et d'un véritable n°9 mais il n'a jamais été servi. On imagine mal les Girondins, sans moyens pour recruter et sans voilure au niveau de la masse salariale faire de gros coups... C'est d'ailleurs en ce sens que le club a multiplié la signature de premiers contrats professionnels sur les jeunes du cru. Il n'est pas exclu que le recrutement bordelais se fasse à 100% en interne...

Régler la question des fins de contrat en 2021

Pléthorique en quantité, l'effectif aquitain est finalement assez pauvre en qualité... Et beaucoup de joueurs arrivent à une période charnière de leur contrat. Pour ne pas avoir à payer pendant un an le salaire de joueurs devenus indésirables, les Girondins vont devoir trouver des solutions extérieures pour Paul Baysse, Alexandre Mendy ou Vukasin Jovanovic. Pas forcément simple... Souvent annoncés sur le départ, Youssouf Sabaly et Maxime Poundjé sont toujours là et l'été 2020 sera sans doute la dernière chance de réaliser une vente. Concernant Pablo Castro, de retour d'une rupture des ligaments croisés, il semble acquis que le Brésilien rentrera dans son pays libre pour 0€ l'an prochain … A moins qu'une prolongation de contrat lui soit offerte. Enfin, pour Nicolas De Préville, le seul joueur pour lequel Bordeaux négocie un nouveau bail actuellement, l'avenir dépendra de l'issue des négociations.