Girondins : Longuépée soutenu face à la mairie, la réplique cinglante fuse

true

A peine élu maire de Bordeaux, Pierre Hurmic a décidé de frapper fort en demandant le départ de Frédéric Longuépée, président des Girondins.

Quelques heures à peine après son élection dimanche soir, le nouveau maire de Bordeaux Pierre Hurmic a joint la parole aux actes. Durant la campagne électorale, ce dernier avait déjà pourfendu la gestion des Girondins via King Street. Il a récidivé depuis en réclamant ce mardi la tête de Frédéric Longuépée.

A lire aussi : Tous les articles sur les Girondins

« Un président qui n’a pas la confiance des supporters ne doit pas rester plus longtemps à la tête de ce club. Ce sont les supporters qui sont le joyau de ce qu’est le club des Girondins, et je crois que c’est le rôle du politique de taper du poing sur la table », avait notamment déclaré Hurmic dans les colonnes de Sud Ouest. Une position qui n’a pas plu à plusieurs instances du football français comme le révèle le journaliste de l’Equipe Emery Taisne. Les syndicats UCPF et Première Ligue ont en effet dénoncé « une ingérence totalement inacceptable aussi bien dans le fond que dans la forme ».

Un soutien forcément précieux pour Frédéric Longuépée par les temps qui courent… Sauf que cela ne devrait pas calmer le nouveau maire de Bordeaux. Sur l’antenne de RMC, Pierre Hurmic a répliqué de manière cinglante. « Je viens de voir les syndicats de clubs dénoncer l’ingérence du maire de Bordeaux. Il va falloir qu’ils s’habituent. La seule ingérence qu’ils supportent jusqu’à présent, c’est l’ingérence financière. On les aide, avec le Haillan par exemple. Ça, ça ne les dérange pas. Mais que le maire puisse avoir un point de vue sur l’ambiance qui règne actuellement entre le club et les supporters, ils ne le supportent pas. Il faudra qu’ils s’habituent », a prévenu Hurmic.

 

Julien Pédebos

Journaliste à But! depuis 2014