Girondins : quand Alain Giresse encense les supporters de l’OM

true

Dans France Football, le mener de jeu historique du FCGB a expliqué à quel point les supporters marseillais influaient sur le sort d’une rencontre.

On connaît la forte rivalité opposant supporters de l’Olympique de Marseille et des Girondins de Bordeaux. Du coup, les joueurs ou légendes de chaque club évitent de complimenter le camp d’en face. Même Alain Giresse, qui a passé deux décennies dans le club de son cœur avant de finir sa carrière à l’OM de 1986 à 1988, évite de se montrer trop laudatif. Sauf pour ce qui concerne le public phocéen…

« France-Portugal (demi-finale de l’Euro 84, 3-2 a.p., le 23 juin 1984), ça dépasse largement, au baromètre de l’intensité, tout ce que j’ai pu connaître, a-t-il expliqué dans le France Football du jour. On était dans un cratère. La ferveur marseillaise était une réalité qui reste difficile à traduire. Même à 2-1 pour le Portugal, on s’est toujours senti soutenus. Dans ces moments-là, ça compte énormément. »

« La foule a été un levier psychologique. A Marseille, le public est capable de créer cet environnement, de mettre l’équipe en position de gagner. Toi, tu prépares le match. Eux t’apportent le dernier élément. » Avant de hurler à la trahison, les supporters girondins doivent savoir que leur ancien meneur de jeu cite aussi FCGB-Juventus (2-0) parmi ses plus belles ambiances.