Ligue 1, Ligue 2 : Ménès et Riolo redoutent une guerre des présidents après l’annonce du gouvernement !

true

Alors que les saisons de Ligue 1 et de Ligue 2 ne reprendront pas, la LFP va vite devoir trancher rapidement sur la manière de finir la saison.

On s’y attendait mais c’est désormais officiel : lors de son allocution face à l’Assemblée Nationale, le Premier Ministre Edouard Philippe a annoncé qu’aucun grand rassemblement – incluant les matches de football – ne pourra avoir lieu avant la fin du mois d’août. Une annonce qui met de facto fin à la saison de Ligue 1. Une décision qui renvoie la LFP à revoir sa copie alors que l’instance espérait encore pouvoir reprendre l’entraînement dès le 11 mai pour une reprise de la compétition fixée au 17 juin.

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

Forcément, suite à cette annonce, les « polémistes » n’ont pas tardé à réagir. Ce fut notamment le cas de Pierre Ménès et Daniel Riolo. Si le trublion de Canal + attend des « décisions rapides de la Ligue » et rêve sans trop y croire de « réactions sans le moindre égoïsme de nos clubs », le chroniqueur de l’After Foot pousse plus loin sa réflexion sur les conséquences d’une telle décision, se posant mille questions.

En espérant que les autres championnats suivent le mouvement…

« Le championnat actuel est-il figé? On le termine entre août et septembre? Si c’est figé, le classement est entériné en l’état? Qui on envoie en Coupe d’Europe? Qui descend? Qui monte? Les questions sont nombreuses et encore je laisse de côté l’aspect économique. Les décisions prises seront susceptibles de recours. La guerre des présidents, la petite politique, les alliances et les mesquineries, tout ça va ressembler à une belle superproduction. Un bon film ou une série au choix », a expliqué Daniel Riolo dans son billet.

Et Riolo redoute surtout une différence de traitement entre ce qui se passe en France et ce qui pourrait se passer ailleurs : « Comment on expliquera qu’ailleurs, en Espagne, en Italie, en Allemagne, ça joue et pas chez nous? Si l’UEFA convoque l’OL et le PSG en Coupe d’Europe, les deux clubs iront sans avoir joué avant? On a tous espéré des choses différentes dans cette crise. On reprend, on reprend pas. Arguments: sanitaire, économique, sportif, social, chacun son avis. Reste qu’aujourd’hui, on doit tous espérer, que les autres ligues, s’alignent sur notre position… Et puisque je ne suis ni scientifique ni Premier ministre, il ne m’appartient pas de savoir si l’exemple est bon ou pas. Mais pour l’intérêt de notre football, je souhaite juste que cet exemple soit suivi ».