Ligue 1, Ligue 2 : UNFP, Le Graët, PSG… Riolo dégomme tout ce qui bouge !

true

Agacé par l’acceptation par la LFP et la FFF d’un arrêt de saison dès aujourd’hui, Daniel Riolo a livré un portrait sans fard d’un foot français en déliquescence.

Jean-Michel Aulas (OL), Olivier Sadran (Toulouse FC) ou Bernard Joannin (SC Amiens) ne sont pas les seuls à faire la moue devant la décision de la LFP d’arrêter les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 à l’issue de la 28e journée et d’entériner le classement. Daniel Riolo est lui aussi atterré. Dans un billet sur « RMC », le polémiste a tiré à vue sur un « foot en miette », divisé et jamais réellement apte à convaincre L’Etat de lui donner une chance.

A lire aussi : Tous les articles sur la Ligue 1

L’UNFP accusée de flinguer la L1

« Au lieu de ça, on a eu la querelle des présidents. La défaillance de la gouvernance. Les difficiles voire impossibles négociations autour des salaires et un syndicat, UNFP, qui a clairement dit ne pas vouloir reprendre. D’habitude Sylvain Kastendeuch et ses amis ne servent quasiment à rien et on ne sait pas qui ils représentent vraiment, mais là on a bien compris qu’ils ont bien participé à flinguer la L1 », a-t-il envoyé.

Pour Daniel Riolo, la France paie pour la faiblesse de ses instances et l’absence d’interlocuteur fort au niveau de l’Etat, contrairement à l’Italie ou à l’Espagne où l’on tente au moins quelque chose  : « Dans ces deux pays, l’émotion provoquée par le virus a été au moins aussi forte qu’ici. Mais les réactions ont été totalement différentes. Ça ne reprendra peut-être pas, mais au moins, ils ont essayé de sauver leur foot, de se sauver! »

Le Graët président de la FFF égoiste ?

Autre cible du chroniqueur de « RMC » : Noël Le Graët. « Qui est le chef du foot français ? Il paraît que Le Graët reste le grand boss. Lui aussi a été appelé au dernier moment par le Président. Comme souvent le Breton a d’abord pensé à ses intérêts. Tant qu’il peut caser sa finale de Coupe de France et ses trois matches des Bleus en septembre, tout va bien. Ses caisses sont saines », a-t-il ironisé, dénonçant aussi l’attitude des joueurs du PSG : « Les joueurs ne lâchent rien si ce n’est quelques dons par ci par là et un accord UNFP auquel personne n’a rien compris. Aucun joueur du PSG n’est à l’UNFP. Le premier de nos clubs n’est donc pas représenté. Ça laisse perplexe non? Vous me direz que le PSG n’a besoin de personne pour donner une sale image. D’ailleurs on attend encore les baisses de salaires et les gestes forts et positifs dans la crise ».