LOSC – Angers : les trois enseignements majeurs du succès lillois (2-1)

false

Ce soir, le LOSC accueillait le SCO d’Angers au stade Pierre-Mauroy dans le cadre de la 5e journée de Ligue 1. Ce qu’il faut retenir du succès des Dogues, 2-1.

Retard à l’allumage

Ce n’est plus un secret : le LOSC dispose d’une escouade offensive de feu. Ce qui n’a guère été remis en cause par le départ de Nicolas Pépé lors du dernier mercato d’été. Avec Ikoné, Bamba, et désormais Osimhen, Christophe Galtier ne manque guère de solutions. Or, ce soir face au SCO d’Angers, et à l’exception notable d’une sublime talonnade de Luiz Araujo pour Jonathan Ikoné (19e), les Dogues ont connu un sérieux retard à l’allumage. Pas une seule occasion franche à leur crédit en 35 minutes ! Il y eut certes des intentions, des relais, mais toujours le mauvais geste dans la surface de vérité adverse (Bradaric, 27e, Araujo, 33e). Contre Angers, ce fut sans conséquence. On doute du même résultat en Ligue des Champions la semaine prochaine face à l’Ajax d’Amsterdam.

Victor Osimhen est un poison

Pas une nouveauté, certes, et surtout pas depuis son entrée fracassante (face à l’ASSE) dans le petit monde de la Ligue 1 : l’attaquant nigérian a tout pour devenir LA révélation de la saison. Face au SCO, il ne lui a fallu que dix minutes pour pénétrer dans la surface de réparation angevine, plein de puissance et de détermination. A la 23e minute, c’est encore lui qui se crée, seul, la première occasion du match avec une demi-volée du pied droit qui flirta avec le poteau gauche de Butelle. C’est lui qui pousse au fond des filets un ballon relâché par le même Butelle (faute de main) à la 39e minute. Il a suivi l’action depuis le départ et le festival de Luiz Araujo. Son 5e but en Ligue 1. A son crédit, également, ses appels incessants, ainsi que son rôle, essentiel, en pivot lorsqu’il faut remiser pour un autre attaquant.

Luiz Araujo a marqué des points

Ce n’est pas la rencontre de ce soir qui va faciliter la tâche de Christophe Galtier dans les prochaines semaines. Car il lui faut désormais compter comme titulaire potentiel sur Luiz Araujo. Ce dernier, qui n’a jamais fait preuve de régularité depuis son arrivée dans le Nord, a ce soir rendu une copie parfaite. Inspiré, sans cesse en mouvement et toujours porté vers l’avant, Araujo est à l’origine du premier but et a inscrit le second (53e), au terme d’une belle récupération de Benjamin André. Résultat, une standing-ovation méritée de Pierre-Mauroy à sa sortie, au bout d’une bonne heure de jeu, remplacé par Renato Sanches.

L.T.