LOSC : ce Dogue que la vie n’a pas épargné

true

Le défenseur gauche du LOSC Reinildo a raconté à France Football combien son enfance au Mozambique avait été difficile après la mort de son père.

Titulaire ce soir contre l’Olympique de Marseille, Reinildo va connaître sa cinquième titularisation sur les six derniers matches toutes compétitions confondues. Une juste récompense pour le Mozambicain, arrivé en toute discrétion au LOSC à l’hiver 2019 en provenance de Belenenses et qui a connu une enfance très difficile, comme il l’a expliqué à France Football.

« La vie quotidienne n’a pas beaucoup évolué dans notre pays, qui reste pauvre. Autrefois, je n’avais pas forcément à manger, je parcourais de grandes distances à pied et c’était la galère pour trouver un endroit pour dormir. Je n’avais rien. Cela a développé ma volonté d’atteindre mes rêves. J’ai perdu mon père, qui était entraîneur, quand j’avais onze ans. Il m’avait dit, à dix, que si je travaillais dur, je pourrais devenir un professionnel. »

« Je l’ai fait aussi pour ma mère, qui s’est retrouvée seule. Elle me suivait partout avec les déplacements de supporters. Il y a de bons joueurs au Mozambique. Mais ce n’est pas suffisant. Il faut lutter, ne jamais se résigner. La différence se fait au mental. »

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001