LOSC : Lopez sème des indices sur le Mercato et fait une annonce de taille

true

Gérard Lopez était l’invité de RMC Sport mardi soir. L’occasion pour le président du LOSC de défendre son modèle économique et les cibles privilégiées au mercato.

Gérard Lopez avait plus ou moins su tenir sa langue et ses émotions depuis le début de la crise sanitaire. Il aurait dû continuer sur cette voie. Hier, le président du LOSC a en effet vidé son sac en laissant une rancœur manifeste concernant la fin prématurée du championnat. Ses jérémiades n’ont pas plu à tout le monde en Ligue 1… Pour autant, ce même Lopez ne s’est pas désarmé et était l’invité de RMC Sport hier soir. Il en a profité pour défendre son modèle économique à Lille et les cibles privilégiées au mercato. 

« Pour qu’un club de football marche, il faut que le foot marche, a-t-il insisté d’emblée. Il n’y a que deux façons de faire. Soit vous avez un pactole de milliardaire prêt à être brûlé dans le foot, soit vous montez un modèle économique avec un cercle vertueux. (…) Il est impossible de vivre des droits TV et des recettes. Plus les performances s’améliorent, moins le club devra vendre de joueurs. On sait qu’on ne peut pas retenir onze titulaires plus quatre joueurs tous les ans. À partir de là, il faut qu’on ait un modèle de jeu, une culture de jeu et qu’on se dise comment on veut jouer. Il est alors beaucoup plus simple de remplacer un joueur. Quand vous ne savez pas si vous allez jouer en 4-4-2, en 4-2-3-1, en pression haute ou avec un bloc bas, il est impossible de savoir les joueurs que vous allez acheter. Vous allez faire le mercato que font beaucoup de clubs, c’est-à-dire au coup par coup avec des agents. Lorsque vous savez que votre ailier droit doit participer au travail défensif, vous n’allez jamais voir un joueur de petit gabarit incapable de bloquer un défenseur latéral qui monte. »

Lopez assure qu’il détient désormais le LOSC à 100%

En outre, Lopez a tenu à souligner qu’il détient bien le club à 100%. « Depuis l’été dernier, le club investit sur le mercato sur ses fonds propres », a-t-il conclu, expliquant qu’un fonds d’investissement avait simplement servi après son arrivée pour aider à la réalisation des premiers transferts.