LOSC – Mercato : Luis Campos dispose d’un outil unique pour détecter les futurs talents

false
LOSC : un coup de fil de Gérard Lopez à Luis Campos

Luis Campos, conseiller spécial de Gerard Lopez au LOSC, dispose d’un outil peu commun pour détecter les futures recrues amenées à percer au plus haut niveau.

Si Jonathan Barnett est considéré aujourd’hui comme l’agent le plus influent du monde, Luis Campos pourrait coiffer la casquette de meilleur recruteur de la planète. Le Monsieur mercato officieux du LOSC est pour beaucoup dans la réussite du projet de Gerard Lopez au LOSC.

Les arrivées à moindre frais et les ventes juteuses qu’il a réalisées depuis deux ans ont ainsi permis au LOSC de se replacer sur la carte du globe. Pour ce faire, Campos dispose d’un outil très spécifique, détaillé par Lopez.

Big data, algorithmes et toile gigantesque

« Nous avons une base de données de scouting unique. Comme dans n’importe quelle autre application Big Data, l’intelligence est dans les algorithmes, sur la valeur que nous pouvons sortir des données analysées, décrypte le président du LOSC dans le quotidien espagnol As. Luis Campos ne peut pas être sur 300 terrains en même temps. Luis et son équipe (29 personnes) étudient d’abord des données et ensuite sélectionnent les joueurs à superviser. Nous analysons plus de 2 000 footballeurs par an. Nous analysons des données complexes, comme le rapport entre un joueur et un système. Tout cela est facilité par notre logiciel, puis nous appliquons la technologie au niveau nutritionnel, médical… »

La toile tissée par Campos pour détecter des futurs talents s’étend sur tous les continents. « En France, nous avons un groupe fixe de recruteurs, poursuit Lopez. Ensuite, nous avons un circuit en Afrique très développé et cinq personnes qui surveillent l’Europe du Nord, de l’Est et l’Amérique du Sud. Ces groupes changent tous les deux-trois mois, laissant leurs données à ceux qui leur succèdent. Si le jugement sur un joueur est bon pour dix personnes l’ayant supervisé, le risque d’erreur est moindre. »

Bastien Aubert