LOSC – MHSC (2-1) : Renato au top, les Dogues réalisent la passe de 4

false

Grâce à des réalisations de Jonathan Ikoné et Renato Sanches, le LOSC a battu Montpellier (2-1) ce vendredi soir. Analyse.

Le match : Lille a mérité son succès

Après trois victoires 1-0 en Ligue 1, le LOSC est parvenu à enchaîner la passe de quatre face à Montpellier ce vendredi soir (2-1). Dominateurs dans le jeu et dans les situations, les Dogues menaient à la pause grâce à un penalty obtenu par Victor Osimhen pour une faute de Geronimo Rulli et transformé par Jonathan Ikoné (39e). Tardant à se mettre à l’abri, les Nordistes ont été repris à l’orée du dernier quart d’heure sur une réalisation d’Andy Delort (74e).

Mais c’était sans compter sur Renato Sanches, lancé en profondeur par Gabriel et qui a fixé la défense montpelliéraine pour inscrire le but de la victoire d’une frappe sèche (84e). Quelques minutes plus tard, Victor Osimhen se paiera même le luxe de manquer un penalty obtenu par Luiz Araujo, tout juste rentré en jeu (88e). Un succès qui permet aux Nordistes de recoller à trois points de l’OM et de s’assurer quoi qu’il arrive la 3e place du classement à l’issue de la 18e journée.

Le jeu et les joueurs : Ikoné efficace, festival Renato Sanches

S’il n’est pas parvenu à inscrire son 10e but de la saison en L1 et qu’il a manqué un penalty en fin de rencontre, Victor Osimhen a encore été l’élément déclencheur du tableau d’affichage. Après une grosse période de creux née de son passage en équipe de France, Jonathan Ikoné va mieux. Désormais, il fait même parler les statistiques (2 buts, 1 passes décisives et impliqué sur les 3 derniers buts lillois).

Mais l’homme du match ce vendredi, c’était assurément Renato Sanches. Aligné sur le côté, le Portugais a retrouvé la confiance qui s’était étiolée lors de son passage au Bayern Munich. Mobile, percutant dans ses dribbles, le joueur formé à Benfica aura été un danger perpétuel pour les Héraultais. Ce n’est pas forcément une surprise si la lumière est venue d’un de ses exploits individuels.

La stat : les Dogues, rois des penaltys

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008