LOSC : Nicolas Pépé remercie son mentor, et c’est un ancien de l’ASSE

LOSC : Nicolas Pépé remercie son mentor, et c’est un ancien de l’ASSE

Nicolas Pépé sait ce qu’il doit à Abdel Bouhazama, le directeur du centre de formation d’Angers. Dans France Football, il rend un hommage appuyé à l’ancien coach des U19 de l’ASSE.

C’est à Orléans, où il avait été élu meilleur joueur de National il y a trois ans, prêté par Angers, que Nicolas Pépé avait commencé à éclore. Son potentiel, le joueur le plus décisif de la L1 le confirme de façon éclatante depuis son arrivée à Lille, mais c’est bien son passage à Angers qui l’a façonné et particulièrement un homme, Abdel Bouhazama.

« Si le directeur du centre de formation du SCO Abdel Bouhazama n’avait pas été sur ma route, peut-être que je ne serais pas là aujourd’hui, affirme l’Ivoirien dans France Football. La première fois que je l’ai croisé, j’étais avec mes parents et j’avais une grande crête sur la tête. Il m’avait serré la main pendant trente secondes, il ne me la lâchait pas et me regardait fixement : “Tu vas penser à couper tes cheveux’’, m’a-t-il dit. Je croyais qu’il rigolait mais il était très sérieux. Deux semaines ont passé puis il est venu : “Si tu ne les coupes pas, tu n’iras plus t’entraîner.’’ Je n’allais quand même pas me priver de ma passion pour une coupe de cheveux, alors je me suis dit que j’allais respecter les règles de vie. Souvent, il nous réveillait à 6 heures pour courir. Il nous a arrêtés devant des éboueurs: “Regardez-les!’ ’Il voulait nous faire prendre conscience que plein de gens n’ont pas notre chance. Il ne faut pas la gâcher. »

Et à Pépé de glisser cette autre anecdote sur son ancien formateur : « Un jour, il y a eu un incident, un vol dans un supermarché. On s’est fait attraper. Parfois, dans la vie, on n’a qu’une chance. Abdel Bouhazama, le président et Olivier Pickeu nous en ont donné une seconde. On jouait le maintien avec la réserve et la plupart des joueurs importants étaient ceux qui s’étaient fait prendre, alors on l’a saisie et on a évité la relégation en Division d’Honneur. À cette époque-là, j’étais faible mentalement. Mais c’est là-bas que j’ai commencé à être fort. Ces leçons m’ont servi et me servent encore. Elles ont agi comme des déclics chez moi. »

Bouhazama (50 ans) avait quitté l’ASSE pour Angers en 2013 après avoir mené les U19 Stéphanois en finale de la Coupe Gambardella, en 2011 et 2012.

Laurent HESS