LOSC : Pavard tacle Antonetti… et la Ligue 1

Parti en Allemagne au mercato, Benjamin Pavard revient sur son départ, dicté par ses relations fraîches avec son ancien coach Frédéric Antonetti.

Estampillé « grand espoir du LOSC » il y a deux ans, Benjamin Pavard a disparu des compositions d’équipe de Frédéric Antonetti la saison passée. Une situation qui a convaincu le défenseur de rejoindre le VfB Stuttgart au mercato. Dans un entretien accordé au site Goal, le joueur de 20 ans regrette de n’avoir jamais eu la confiance du technicien nordiste, ni d’explications quant à sa mise à l’écart progressive.

« Je cherchais un point de chute, j’ai eu plusieurs propositions en prêt en France mais Lille n’a pas voulu me prêter dans un club français. Ensuite, Stuttgart est arrivé. C’est un très bon club qui disputait la Coupe d’Europe il n’y a pas si longtemps. (…) Je n’avais pas la confiance de l’entraîneur et quand je jouais, c’était à tous les postes sauf le mien, qui est défenseur central. Il n’y avait pas de communication avec moi. Je sentais qu’il ne me considérait pas vraiment car j’étais jeune. Ce sont ses choix, je les respecte mais je devais penser à ma carrière. »

Le VfB Stuttgart digne du Top 5 en Ligue 1 ?

Certain d’avoir fait le bon choix, Pavard va jusqu’à considérer Stuttgart comme l’équivalent d’un club de haut de tableau en France. On parle tout de même d’une formation reléguée en deuxième vision allemande la saison dernière…

« C’est une erreur de parcours pour eux d’être descendus mais ils ont comme objectif de remonter directement cette année. Là-bas, les infrastructures sont formidables, les supporters sont toujours là, le stade est plein même en deuxième division, ça ne fait que chanter… (…) Si vous mettez Stuttgart en Ligue 1, ça termine dans les 5 premiers à mon avis. J’ai parlé aussi avec Matthieu Delpierre qui a joué 8 ans avec Stuttgart et qui a même été champion. Il m’a dit beaucoup de bien du club et il habite encore ici d’ailleurs. Lui aussi avait fait le trajet Lille – Stuttgart à l’époque. »

Sylvain Opair