SC Bastia, FC Nantes, PSG, LOSC : les vérités de Mickaël Landreau

Dimanche face à Evian-Thonon-Gaillard, Mickaël Landreau égalera le record de 602 matchs de Ligue 1 de Jean-Luc Ettori. Dans sa dernière édition France Football a fait se rencontrer les deux portiers. L’occasion pour le gardien n°3 des Bleus de balancer quelques vérités, lui qui aurait aimé effectuer l’essentiel de sa carrière au FC Nantes … Mais aussi découvrir l’étranger.

« J’aurais pu signer à Barcelone lorsque j’étais à Nantes, mais je ne me sentais pas prêt. Plus tard, j’ai choisi de rester en L1 pour tenter de battre le record de Jean-Luc. Quand j’ai signé à Lille, c’est devenu plus concret. Le PSG m’avait proposé deux ans de prolongation, mais j’étais fatigué, usé par le contexte. A cette époque, j’étais même prêt à partir à l’étranger. Avec Lille, la dernière saison s’est tellement bien passée que j’ai décidé d’aller « chercher » Jean-Luc, avec le sentiment d’avoir fait le tour de mon job. Le doublé avec le LOSC m’a fait un bien fou, car j’ai été reconnu alors en tant que sportif, leader dans un groupe, et le signe du destin est que l’on gagne la finale de Coupe de France contre le PSG (1-0). Médiatiquement, tout a changé pour moi ce jour-là. Les journaux, qui continuaient à me détruire à travers ce qui s’était passé chez les Bleus, voire au PSG, n’ont plus eu de prise. Difficile de tailler celui qui vient de faire un doublé ! Dès lors, je n’ai plus été dans la peau du mec qui doit toujours prouver quelque chose dans le foot français », a raconté l’intéressé.

Au sujet de son avenir, Landreau est très clair : il n’a pris aucune décision même s’il songe à raccrocher. A 35 ans, l’ancien portier voit un signe du destin à terminer la saison sur une Bastia-Nantes, l’affiche de son premier match en professionnel. Seule certitude : s’il continue sa carrière, l’international tricolore (11 sélections) le fera à Bastia.