Manchester City – OL (1-3) : Dembélé, Cornet, Guardiola... Les mots forts de Rudi Garcia
par Julien Pédebos

Manchester City – OL (1-3) : Dembélé, Cornet, Guardiola... Les mots forts de Rudi Garcia

Rudi Garcia, l'entraîneur de l'OL, s'est exprimé au micro de RMC Sport après l'exploit contre Manchester City. Avec des mots forts.

L'état d'esprit avant tout

« Fier de mes troupes, fier de mes joueurs. On croyait en nous, on savait qu'on était pas favoris, qu'on jouait une grosse équipe. Mais voilà, on a réussi à se qualifier et en marquant trois buts à cette équipe. Et on en concédant qu'un seul. C'est d'abord dû à l'esprit collectif, à l'esprit d'équipe qui anime les joueurs. On a vu tous les joueurs se défoncer les uns pour les autres. Y compris les rentrants qui nous ont beaucoup aidés. Pas uniquement Moussa (Dembélé) parce qu'il a inscrit deux buts. »

Garcia salue la persévérance de Dembélé

« C'était une déception pour Moussa de ne pas débuter. Mais je lui avais dit avant le match qu'il serait très important quand il allait rentrer. Et le salut est venu du banc de touche comme lors des autres quarts de finale . »

La tactique de Guardiola l'a arrangé

« Avec Pep, il faut s'attendre à tout. On savait qu'il pouvait concocter quelque chose pour nous poser des problèmes mais finalement je pense qu'on a gagné la bataille tactique dans le sens où on maîtrise bien notre système de jeu même si j'en ai changé. On est passé à quatre quand ils sont passés à quatre. Et puis finalement comme on avait du mal avec De Bruyne entre les lignes on est revenu à un schéma hybride avec l'entrée de Thiago Mendes. Ça nous a bien réussis et je suis ravi que Moussa qui n'avait pas marqué en Ligue des champions ait pu marquer un doublé. »

Le talisman Cornet lui donne le sourire

« Déjà on savait qu'on allait mener 1-0 avant que le match démarre avec Maxwel (Cornet) dans l'équipe (rires). »

Les supporters et l'identité lyonnaise

« Ils nous manquent nos supporters, c'est sûr. Quand on joue dans un stade comme ça on aurait aimé avoir nos supporters avec nous. On ne peut pas les avoir mais quand on a fait la conférence de presse avant le match, j'ai laissé Houssem Aouar parler parce qu'on a la chance d'avoir des joueurs du cru. Regardez le match de Houssem, d'Anthony Lopes et Maxence Caqueret. Quand on a des joueurs qui ont une identité club c'est fort. »

Une victoire dans la communication

« C'est vraiment la bataille d'un groupe. On a aussi gagné la bataille de la communication ce soir. Le banc, les remplaçants dans la tribune. On s'est fortement encouragés et quand on joue à huis-clos cette bataille de communication est importante. »

Garcia enfin adopté par les supporters ?

« Il faut donner le meilleur de soi-même. C'est ce que je fais partout où je passe et ici en particulier. Les gens préfèrent, et moi aussi, être aimés mais si ce n'est pas le cas ce qui compte c'est d'être bien avec ses dirigeants, ses joueurs, son staff. Et franchement je suis en train de vivre beaucoup de bonheur. Quand je vois les joueurs je me dis qu'on est dans le vrai. »

Un coup à jouer face au Bayern

« Maintenant on ne veut pas s'arrêter en si bon chemin, on ne va pas parler du Bayern parce que ce n'est pas le soir mais on est que qualifiés pour les demi-finales et pour rien d'autre. Il reste encore des étapes à franchir. Si on affiche cet état d'esprit on aura peut-être notre mot à dire. »