OL : ce 11 de rêve à rendre Guy Roux amnésique

« Lyon ? Ils ont sorti qui ? N’Gotty, cela remonte à vingt ans, et Govou à quinze ans ! » Plutôt que d’assener ce genre de propos, Guy Roux aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Car depuis 20 ans, l’OL, ce n’est pas que Julien Viale !

Anthony Lopes (gardien de but)

Si, pendant longtemps, l’Olympique Lyonnais s’est appuyé sur des gardiens venus de l’extérieur, le Portugais – gamin de Givors et proche des Bad Gones – a très tôt été annoncé comme un crack malgré sa taille modeste. C’est donc logiquement qu’il a pris la place qui lui revenait de droit l’an dernier. Depuis, « le chat » multiplie les exploits dans les buts rhodaniens.

François Clerc (latéral droit)

La carrière du Bressan est un concours de circonstances. Repositionné latéral par Robert Valette en CFA et lancé dans le grand bain par Gérard Houllier suite à une hécatombe de blessures dans le couloir, « Bibi » a su saisir sa chance, livrant un duel dantesque à Anthony Reveillère à l’OL et en équipe de France. Son histoire à l’OL s’est cependant finie en eau de boudin en 2010. Aujourd’hui passé chez l’ennemi.

Florent Laville (défenseur central)

Le défenseur de club par excellence. Lyonnais pur souche, bon vivant et dur au mal. Lancé dans le grand bain en mars 1994 à la place d’un certain Bruno N’Gotty, le natif de Valence a enchaîné neuf saisons sous le maillot rhodanien, participant activement à la mutation du club vers les sommets du football français. Un grand nom, toujours très présent dans le cœur des supporters.

Samuel Umtiti (défenseur central)

A Lyon, le talon d’Achille de la formation a toujours été le recrutement de jeunes défenseurs. Umtiti, c’est l’exception qui confirme la règle. Présenté très jeune comme le nouveau Bruno N’Gotty malgré un gabarit modeste pour le poste (ndlr : il mesure moins de 1m85), Sam est parvenu à confirmer les espoirs placés en lui pour devenir le patron de la défense des Gones.

Jérémie Bréchet (latéral gauche)

A une époque où l’OL était encore en construction avec l’arrivée de Pathé, le gaucher avait su se tailler une part de choix dans l’effectif olympien. Capable d’évoluer aussi bien dans l’axe que dans le couloir, Bréchet s’est rapidement retrouvé dans le viseur des plus grands clubs. En 2003, il quitte Lyon pour rejoindre l’Inter Milan. Un choix pas très heureux pour celui qui était alors aux portes des Bleus (3 capes).

Ludovic Giuly (ailier)

Si le lutin de Chasselay a rapidement choisi de quitter le club en 1998 à seulement 22 ans, cela ne l’a pas empêché de faire une énorme carrière par la suite. De Monaco dont il a été le capitaine en passant par le FC Barcelone à couver Lionel Messi, l’AS Roma et le Paris Saint-Germain, l’international français (17 sélections) a été l’un des meilleurs joueurs de L1 des années 2000.

Maxime Gonalons (milieu)

Capitaine de l’OL aujourd’hui, le Caladois n’a pas vraiment connu un parcours linéaire. Victime d’un staphylocoque doré qui aurait pu lui valoir l’amputation en 2008, « Maxou » s’est révélée aux yeux du monde lors d’un match d’anthologie à Liverpool (victoire 2-1 des Gones à Anfield) où il marqua le but victorieux. Son ticket d’entrée dans le monde des pros.

Steed Malbranque (milieu)

Le fils prodige. Parti en 2001 parce qu’il jugeait qu’on ne lui faisait pas assez confiance à l’OL, le natif de Mouscron a passé dix saisons en Premier League avant de revenir brièvement à l’ASSE, d’arrêter à la surprise générale sa carrière … Et de revenir à ses premiers amours après une année sabbatique en 2012. Toujours à l’OL, le vieux Steed (34 ans) s’y éclate comme un jeunot.

Sidney Govou (ailier)

Encore un joueur peu conventionnel sorti par l’OL ! Issu du Puy-en-Velay dans la banlieue stéphanoise, « la Gove » a presque fait carrière par accident, lui qui n’a jamais vraiment été un grand passionné de football. Héros d’une rencontre légendaire face au Bayern Munich d’Oliver Kahn, il s’est imposé par la suite comme un attaquant de devoir, combatif mais parfois maladroit, qui a malgré tout mené sa barque jusqu’en équipe de France (49 sélections) en jouant plus de 400 matches en onze saisons professionnelles à l’OL.

Karim Benzema (attaquant)

Le fleuron de la formation rhodanienne de ces 20 dernières années : déjà 75 capes en équipe de France à seulement 26 ans, cinq saisons pleines au Real Madrid où il est devenu un joueur qui compte dans le paysage du football mondial … Mais aussi quatre magnifiques années en professionnel avec l’OL : un titre de meilleur joueur et de meilleur buteur ainsi qu’un transfert estimé à 35 M€. Comment Guy Roux a-t-il pu l’oublier ?

Alexandre Lacazette (attaquant)

Co-meilleur buteur de Ligue 1 après 12 journées (10 buts), le gamin de Mermoz s’impose aujourd’hui comme le porte étendard de l’Olympique Lyonnais. Un attaquant que Bernard Lacombe compare à lui-même plus jeune et qui couple parfaitement les qualités de grinta de Lisandro Lopes et la finesse technique de Karim Benzema. Une pépite que toute l’Europe garde à l’œil.

Banc de touche : Rémy Riou, Jérémy Clément, Florent Balmont, Clément Grenier, Hatem Ben Arfa, Loïc Rémy, Anthony Mounier, Frédéric Kanoute, Florian Maurice.

A.C