par landry@evernet.fr

OL : Hubert Fournier répond à Mapou Yanga-Mbiwa et évoque les tensions du vestiaire

Après que son défenseur Mapou Yanga-Mbiwa ait allumé un incendie en conférence de presse, l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais, Hubert Fournier a fait son possible pour l'éteindre et calmer le jeu sur d'autres dossiers brûlants.

Hubert Fournier était forcément attendu après les propos polémiques tenus cet après-midi par Mapou Yanga-Mbiwa. Mais avec son calme et son franc-parler habituel, l'entraîneur de l'OL a remis gentiment son défenseur à sa place. "C'est un peu grossier comme raccourci. Je ne sais pas s'il parle de ses prestations ou du collectif. Il y a sans doute des choses à améliorer, c'est sûr, mais de là à dire que rien ne marche, je pense que ça ne correspond pas à la réalité. Les problèmes d'intégration des recrues ? C'est son constat. Il faut qu'il y ait un travail des deux côtés. Ce qui est sûr, c'est que notre début de saison difficile n'aide pas à l'intégration. Oui, il y avait des tensions, comme l'an dernier. Mais là, on en fait tout un plat. Seulement, il y en a toujours dans le sport de haut niveau car il y a beaucoup d'exigences. Pour moi, on perd beaucoup d'énergie à gérer les tensions du vestiaire."

"En ce moment, l'environnement n'aide pas"

Le technicien assure chercher "des solutions" : "il y a une remise en question permanente". Des solutions qui ne seront pas un turnover ou des sanctions à l'égard des joueurs qui déçoivent. "On n'est pas là juste pour sanctionner. On l'a fait avec Lindsay (ndlr : Rose) pour un geste pas adapté après l'entraînement. On peut aussi considérer que les deux joueurs sortis à la mi-temps contre Monaco (Darder et Beauvue) ont subi une forme de sanction, et il y en a eu d'autres."  Concernant Alexandre Lacazette, touché à Saint-Pétersbourg, il faudra attendre le dernier moment pour savoir s'il participera au match contre Toulouse vendredi. L'attaquant comme le redressement de l'équipe font partie des préoccupations de Fournier, qui jure ne pas penser à son avenir. "Ma situation personnelle n'est pas ce qui m'inquiète le plus. Ce qui m'inquiète, ce sont les résultats. Mon cas passe après. Il faut que je fasse prendre conscience à mes joueurs de la situation. On a besoin de se rassurer et, en ce moment, l'environnement n'aide pas."

A.C, à Tola Vologe.

Pour résumer

Les sujets chauds étaient nombreux pour l'entraîneur des Gones.

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.