OL : Jean-Michel Aulas compte ses sous et retrouve le sourire

true

Sportivement, l’OL est encore malade mais économiquement le club ne s’est jamais porté aussi bien qu’aujourd’hui.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Triste 14e de Ligue 1, battu à Marseille avant la trêve (1-2), l’Olympique Lyonnais réalise un début de saison relativement morose. Néanmoins, le club de Jean-Michel Aulas affiche des performances économiques assez exceptionnelles sur le premier trimestre de la saison 2019-2020.

En effet, OL Groupe a publié son chiffre d’affaires du trimestre et il est excellent : 126,4 M€… En hausse de 33% par rapport à l’année précédente. Bénéficiant de l’effet Ligue des Champions, l’OL a vu sa billetterie exploser, augmentant de 1,1 M€ sur la période (+14%), mais c’est surtout sur les ventes « record » de l’été que Lyon fait son beurre.

Le Boom des grands événements

« Le Groupe a réalisé un 1er trimestre record en termes de revenus de cessions de contrats joueurs avec notamment les transferts de Tanguy Ndombélé à Tottenham (60 M€ brut + 10 M€ d’incentives maximum) et Nabil Fékir au Betis Séville (19,75 M€ brut + 10 d’incentives maximum + 20 % de la plus-value sur futur transfert) », précise le club dans un communiqué, se réjouissant également du « boom » réalisé par les « grands évènements » avec 3,3 M€ de revenus grâce au Mondial féminin.

Arnaud Carond

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008