OL : Jean-Michel Aulas compte ses sous et retrouve le sourire

true

Sportivement, l’OL est encore malade mais économiquement le club ne s’est jamais porté aussi bien qu’aujourd’hui.

Triste 14e de Ligue 1, battu à Marseille avant la trêve (1-2), l’Olympique Lyonnais réalise un début de saison relativement morose. Néanmoins, le club de Jean-Michel Aulas affiche des performances économiques assez exceptionnelles sur le premier trimestre de la saison 2019-2020.

En effet, OL Groupe a publié son chiffre d’affaires du trimestre et il est excellent : 126,4 M€… En hausse de 33% par rapport à l’année précédente. Bénéficiant de l’effet Ligue des Champions, l’OL a vu sa billetterie exploser, augmentant de 1,1 M€ sur la période (+14%), mais c’est surtout sur les ventes « record » de l’été que Lyon fait son beurre.

Le Boom des grands événements

« Le Groupe a réalisé un 1er trimestre record en termes de revenus de cessions de contrats joueurs avec notamment les transferts de Tanguy Ndombélé à Tottenham (60 M€ brut + 10 M€ d’incentives maximum) et Nabil Fékir au Betis Séville (19,75 M€ brut + 10 d’incentives maximum + 20 % de la plus-value sur futur transfert) », précise le club dans un communiqué, se réjouissant également du « boom » réalisé par les « grands évènements » avec 3,3 M€ de revenus grâce au Mondial féminin.

Arnaud Carond

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008