OL : Jean-Michel Aulas conforte Juninho et lâche ses piques à l’OM
par Julien Pédebos

OL : Jean-Michel Aulas conforte Juninho et lâche ses piques à l’OM

Jean-Michel Aulas, le président de l’OL, s’est confié sur la situation actuelle dans une interview à OL TV. Avec des petites piques en réserve.

L’OL va-t-il se retrouver sans Coupe d’Europe à disputer la saison prochaine ? C’est le scénario qui se dessine dans le cas où la saison ne pourrait pas s’achever. Jean-Michel Aulas, contraint d’anticiper ce scénario, veut néanmoins y voir du positif dans des propos relayés par FootMercato. « Gouverner, c'est prévoir. La réponse est claire. Si par malheur, ce que je ne crois pas, nous n'avions pas la possibilité de jouer une Coupe d'Europe la saison prochaine, nous allons continuer le plan. Pour moi, c'est l'année 1 du plan Juninho. (...) On a vraiment l'homme qui va permettre sur les années qui viennent de relancer l'OL. »

Jean-Michel Aulas a néanmoins du mal à se résoudre à cette hypothèse sans Europe. Notamment en raison de la présence de l’OM dans les places réservées en Ligue des champions. Et le président lyonnais d’en profiter pour glisser une petite pique dont il a le secret. « Si malheureusement, nous ne sommes pas dans les compétitions européennes, on en profiterait pour accélérer le pas. Cette année, pourquoi nous ne sommes pas à l'instant T en position de jouer en Coupe d'Europe ? Uniquement parce qu'on a joué tous les trois jours dans un contexte extrêmement contraignant de calendrier où on a eu beaucoup de blessés. Et comme par hasard, on voit que Marseille, qui a fait une bonne saison cette année et qui n'avait pas joué de coupe d'Europe la saison dernière, a pu se concentrer sur le championnat, a pu réussir un beau parcours avec un peu de réussite, pas trop de blessés, ce qui a fait qu'ils se retrouvent en situation d'être européen sous réserve bien sûr de respecter les règles du fair-play financier ».

Enfin, Jean-Michel Aulas est revenu sur les scénarios qui marqueraient la fin de saison. Avec la certitude que dans tous les cas, la bataille juridique pourrait être de mise. « Marseille, qui est deuxième du championnat aujourd'hui, souhaite évidemment qu'on en arrête aujourd'hui avec ce classement-là. Ce n'est pas tout à fait les règles qui ont été retenues à la Fédération puisque le championnat amateur est lui arrêté et la règle, c'est un coefficient. (...) Après, il y a des règles qui sont opposables à tout le monde et ça n'empêchera pas ceux qui s'estimeraient lésés de pouvoir faire des contestations ou des recours. Mais globalement, c'est une solution qui est acceptable parmi d'autres . Mais dans les autres, il y a celle de finir le championnat, ce que nous souhaitons nous ».