OL : Aulas et Juninho renvoient les supporters lyonnais dans les cordes

true

Le directeur sportif brésilien de l’OL Juninho est monté au créneau pour défendre les Gones auprès des bad Gones, inquiets pour la suite de la saison.

L’OL s’est offert un psychodrame inutile. Dimanche, les supporters de l’OL, dont les Bad Gones, ont manifesté leur mécontentement quant à la situation actuelle pour rappeler les joueurs à leurs devoirs avant la dernière ligne droite de la saison. Juninho a répondu à la grogne locale, en commençant par défendre l’implication des joueurs. 

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

« J’ai confiance en eux, ils sont responsables, a-t-il rassuré dans Le Progrès. On assume aussi que le choix de Rudi Garcia comme entraîneur n’était pas celui des supporters. Mais c’est le président, le comité de gestion, moi en tant que directeur sportif aussi, qui prenons les décisions, a confié l’ancien milieu lyonnais. On a une équipe très irrégulière, mais on n’a ni méchants ni voyous dans l’effectif. Ils ont 24, 25 ans en moyenne, n’ont pas gagné beaucoup de titres, et manquent un peu de la culture qui a existé à l’OL quand j’y ai joué. »

« Ils ne voient pas le travail chaque jour à l’entraînement »

Le directeur sportif de l’OL ne s’est pas arrêté en si bon chemin en pointant du doigt le discernement hasardeux de certains supporters. « Les supporters réagissent avec passion, avec rage aussi comme sur les réseaux sociaux, car ils connaissent les salaires des joueurs, leur vie privée, leurs lieux de vacances, a poursuivi Juninho. Ils réagissent avec leur coeur, mais pas avec la raison, car ils ne voient pas le travail de chaque jour à l’entraînement. Ils ont un peu perdu patience car le club n’a rien gagné depuis longtemps. Je ne les culpabilise pas mais on ne peut pas tout remettre en cause maintenant, en février, et faire encore monter la pression sur l’équipe. »

Aulas finit le travail

Jean-Michel Aulas a suivi Juninho dans son discours. « Il y a de l’inquiétude à voir les supporters réagir de cette façon, a regretté le président lyonnais dans le quotidien régional. On a tout préparé pour que les joueurs arrivent gonflés à bloc cette semaine, mais c’est comme avec les enfants, si vous leur mettez des baffes ou les menacez, ils ne pourront pas donner le meilleur d’eux-mêmes (…) Ils ont voulu se faire entendre, et on les a entendus mais notre club reste en course dans toutes les compétitions, pour l’instant, et nous sommes meilleurs depuis que Rudi (Garcia) a pris l’équipe, même si tout n’a pas été parfait. »

 

Bastien Aubert

Journaliste à But! depuis 2013