OL : les paris de Jean-Michel Aulas

Jean-Michel Aulas, qui n’a jamais hésité à faire confiance à de jeunes entraîneurs, ose aujourd’hui un nouveau pari avec Hubert Fournier. Depuis 1987, date à laquelle il est arrivé au club, ils sont dix à avoir connu le banc de touche lyonnais. Parmi eux, des coaches de grande renommée, tels que Jacques Santini et Gérard Houllier, qui n’avaient pas déçu, mais également des paris risqués. Dans l’ensemble, ces choix ont été payants. On se souvient par exemple de Jean Tigana (1993-95), vice-champion de France à seulement 38 ans, ou de Bernard Lacombe (1996-2000), jusqu’alors directeur sportif, qui était parvenu à faire remonter Lyon de la 11e à la 3e place. En 2002, Paul Le Guen, à qui Jean-Michel Aulas avait donné sa chance alors qu’il n’avait jusque-là entraîné que Rennes, avait quant à lui ramené trois titres de champions de France et fait deux quarts de finale de Ligue des champions.

Mais tous les choix du président rhodanien n’ont pas été couronnés de succès. En 1995, Guy Stéphan, aujourd’hui adjoint de Didier Deschamps en équipe de France mais qui avait été à l’époque celui de Raymond Domenech puis de Jean Tigana, avait fait sombrer le club à la 11e place lorsqu’on lui avait confié les rênes de l’équipe première. Lâché par ses troupes, il avait été viré après une humiliation à Auxerre (0-7).

Le choix d’Hubert Fournier s’inscrit donc dans la suite logique de l’histoire des entraîneurs de l’OL, souvent jeunes et débutants. Car à Lyon, un entraîneur réputé n’est pas un gage de résultats, comme en témoigne le passage de Claude Puel dans le Rhône de 2008 à 2011, avec qui le club a perdu le titre de champion qui lui revenait toutes les ans depuis sept saisons.

Découvrez la nouvelle carte prépayée OL mobile avec Orange, disponible ICI.