OL : les supporters, son avenir, Aulas... Rudi Garcia se lâche
par Alexandre Corboz

OL : les supporters, son avenir, Aulas... Rudi Garcia se lâche

Avant son départ à Turin ce jeudi, Rudi Garcia s'est longuement confié au Parisien / Aujourd'hui en France sur son implication dans le projet lyonnais. Morceaux choisis.

Sur l'absence probable d'Europe

« On en reparlera quand nous serons éliminés de la compétition, le plus tard possible, voire pas éliminés du tout… »

Sur la défiance qu'il suscite

« Le foot déchaîne les passions. J'avais bien conscience de l'antagonisme qui pouvait exister entre l'OL et l'OM. Mais en toute sincérité, je n'avais pas imaginé pareil scénario. Mon arrivée à Lyon a déplu aux supporters des deux clubs. Ce qui m'est reproché, c'est quoi? De venir de Marseille… D'accord, j'ai pu en froisser certains et j'en suis désolé, mais je défendais mes couleurs. Je l'ai fait partout où je suis passé dans le respect des adversaires. Je continue aujourd'hui ».

Sur la dérive des réseaux sociaux

« Je ne vais pas faire le vieux combattant, mais le monde médiatique actuel est très particulier. Il faut s'adapter aux nouvelles générations, qui n'ont plus qu'une main parce que l'autre est prise par leur téléphone. Il y a beaucoup de dérives avec les réseaux sociaux. Des choses peuvent être blessantes pour la famille. Moi, j'ai le cuir épais. Je donne de mon sang et de ma sueur, je travaille corps et âme, avec les joueurs, le staff et les dirigeants, pour avoir des résultats ».

Sur son envie de durer à l'OL

« Je l'espère. Dans la vie, comme dans mon travail, je suis quelqu'un du présent. Je me sers de ce que j'ai vécu par le passé, parce que c'est de l'expérience pour me bonifier, au service de mon club. Je n'ai plus l'âge d'avoir des plans de carrière. Et de toute façon, je n'en ai jamais eu… Je me dis que si on s'entend bien et qu'on arrive à assouvir nos ambitions communes, il n'y a aucune raison qu'on ne continue pas ensemble ».

Sur Jean-Michel Aulas

« Il a bâti quelque chose de formidable. En rejoignant l'OL, je savais où je mettais les pieds. C'est bien évidemment l'un des meilleurs clubs du pays. Une institution forte. Il vaut mieux avoir le président avec que contre soi. Je suis scotché par son énergie. Il s'agit d'une personne brillante. De l'extérieur, tu peux penser qu'il est omniprésent, mais pas du tout. Il a l'intelligence de ne pas être intrusif. Il est un très bon communicant. Contrairement à moi, il a su prendre le virage des réseaux sociaux. Ses tweets ? C'est un vrai confort pour le coach. Avant, j'étais obligé d'aller avec mon épée, mon bouclier. Il défend ses couleurs, mais aussi l'intérêt du football français ».