OL : Ligue des Champions, Neymar, Cristiano Ronaldo, Aulas...Guimaraes sans aucune nuance
par butfootballclub

OL : Ligue des Champions, Neymar, Cristiano Ronaldo, Aulas...Guimaraes sans aucune nuance

Le milieu de terrain brésilien de l'OL, Bruno Guimaraes, a accordé un long entretien au quotidien l'Equipe. Instructif avant la Juventus Turin.

Vendredi soir, en 8e de finale retour de la Ligue des Champions face à la Juventus Turin, il écrira peut-être l'une des plus belles pages de l'OL. En qualifiant son club pour les quarts de finale, lui qui demeure convaincu de pouvoir remporter l'épreuve. C'est au travers d'un long entretien accordé ce jour à l'Equipe, que Bruno Guimaraes, le milieu de terrain brésilien lyonnais, a fait part de sa confiance absolue. Sur la C1 comme sur le reste. Extraits.

La Ligue des Champions

"Ce qui compte pour moi, c'est de continuer à bien jouer. Et puis, on peut gagner la Ligue des champions, j'ai confiance. La gagner ? Oui, j'y pense. Je ne pense qu'à la Ligue des champions, à écrire l'histoire, à être l'un des premiers joueurs à gagner la Ligue des champions avec Lyon."

Neymar

"Je le connais bien, je l'ai vu à l'oeuvre tellement de fois que je sais comment il joue. Il est très rapide, très vif, pour moi il est incroyable, c'est peut-être le meilleur du monde. Je pense l'avoir bien contenu. Et quand il est passé, j'ai fait la faute (sourire), deux fois. Sur le coup, on a échangé quelques mots, il n'était pas content mais c'est le foot, si je le laissais s'échapper, je savais qu'il aurait tué le match."

Jean-Michel Aulas

"Je lui ai parlé une fois pendant le confinement, il voulait savoir si j'avais besoin de quelque chose, je lui ai dit que ça allait, que j'étais en train d'apprendre le français. Et après le match amical contre le Celtic, quand j'ai parlé aux médias pour la première fois en français, il m'a dit bravo. Il est très fort."

Cristiano Ronaldo

"On parle tous les deux portugais et lors du match il s'est adressé à moi à propos d'une faute de Marcelo sur Dybala. J'ai dit qu'il n'y avait pas faute mais il a insisté :'' Si, il y a faute !'' Il avait raison, mais sur le terrain, je devais défendre mon équipe, c'est normal. Lui aussi défendait son équipe."