OL – OPINION : Laurent Blanc oui, mais avec qui ?

Cité comme le favori à la succession de Sylvinho à l’OL, Laurent Blanc est-il un bon choix pour le club rhodanien ? Cela va dépendre en partie des conditions annexes.

L’Olympique Lyonnais n’a pas tardé. Moins de 24 heures après le derby perdu face à l’ASSE (0-1), la page Sylvinho était déjà tournée. Un départ annoncé par le club d’un bref communiqué et donc validé par le directeur sportif Juninho, qui n’a visiblement pas eu trop de mal à dire au revoir un coach qui était davantage une relation professionnelle qu’un ami. Pendant cette trêve internationale, une nouvelle page s’ouvre à Lyon. Celle de la succession de l’ancien adjoint de Tite. Succession qui semble acquise car on voit mal Gérald Baticle, bien que titulaire du BEPF, s’asseoir durablement sur le banc.

Ce n’est pas un secret : Jean-Michel Aulas rêve toujours de Laurent Blanc. Pour le « Président », s’asseoir sur le banc de l’OL a toujours été une possibilité envisagée. Son agent et ami Jean-Pierre Bernès appuie d’ailleurs en ce sens. A 53 ans et sans club depuis la fin de son aventure au PSG il y a plus de trois ans maintenant, Blanc a le CV idoine : Bordeaux, l’équipe de France, le PSG. Le Champion du Monde 1998 a un palmarès et il sait diriger des vestiaires compliquées même s’il est parfois passé pour un GO à Paris du temps de Zlatan Ibrahimovic.

Le ticket gagnant Blanc – Gasset impossible à réunir à Lyon

Personnellement, je pense que Laurent Blanc est une bonne idée sur le papier… A condition qu’il soit bien entouré. Je n’ai pas de doutes sur le fait que Juninho, qui est visiblement parti pour rester, saura travailler en bonne intelligence avec l’ancien défenseur. Le Brésilien est une personne franche. Le Cévenol aussi. Au départ, difficile d’imaginer des frictions entre les deux hommes. Ce qui m’interroge surtout c’est quel adjoint pour Laurent Blanc à Lyon ?

Dans toutes ses aventures passées, Blanc a eu Jean-Louis Gasset avec lui. On s’est bien rendu compte avec sa réussite à l’ASSE que l’homme à la casquette était également un numéro 1 dans l’âme. Il permettait à Laurent Blanc de prendre de la hauteur sur les entraînements, de fonctionner comme un manager à l’anglaise sur le modèle de son mentor Sir Alex Ferguson. Mais Blanc a toujours été indissociable de Jean-Louis Gasset et saura-t-il travailler aussi efficacement sans lui ? Personnellement, même s’il a été vexé par la communication de Roland Romeyer autour de son ami Ghislain Printant, je ne vois pas Gasset trahir son récent passé stéphanois pour passer chez l’ennemi. A 65 ans, alors qu’il garde l’affection de tout un peuple, ça me paraît également peu conciliable avec sa vie de famille. Le rôle de numéro 2 impose une présence quotidienne aux entraînements… Et donc de la distance avec ses enfants et petits enfants à qui il rendait souvent visite en semaine depuis Saint-Etienne lors de la deuxième année de son mandat.

Franck Passi, la solution par défaut ?

Pour moi, si Lyon ne veut pas faire de l’épisode Sylvinho un simple fusible pour gagner du temps, il est inconcevable qu’un Laurent Blanc débarque à Lyon assisté d’un Gérald Baticle. L’ex-attaquant peut rester – Juninho l’apprécie beaucoup – mais comment incarner une cassure avec les mauvaises habitudes de ces dernières années en gardant un staff identique à une personne près ? Non, il faut un second à Blanc avec un regard neuf sur les problématiques rhodaniennes. L’été dernier, Laurent Blanc recherchait du travail avec Franck Passi en numéro 2. On dit aussi qu’il pourrait confier ce rôle à son ex-coéquipier en bleu Alain Boghossian. Ces hommes-là auront-ils la même envergure et la même sagesse qu’un Gasset ? Difficile à dire… Numéro 1 par intérim à Marseille et à Lille, Passi a un petit bagage et est marqué au fer rouge par son travail à l’OM sous Bielsa. Suffisant pour être le support parfait à Laurent Blanc ? Je ne sais pas…

Alexandre CORBOZ