OL : Pourquoi Jean-Michel Aulas a eu raison de licencier Hubert Fournier

L’Olympique Lyonnais ne parviendra peut-être pas à se qualifier pour la prochaine Ligue des Champions. Mais au niveau du jeu, et surtout des résultats, le remplacement d’Hubert Fournier par Bruno Génésio semble avoir porté ses fruits. Et c’est l’OL qui le dit.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Le club du président Jean-Michel Aulas reste, on le sait, sur trois succès consécutifs. Avec notamment des victoires marquantes à domicile contre Bordeaux et Caen, ainsi que sur le terrain d’Angers. Il semble loin le temps du doute et des quelques coups de gueule des supporters qui se demandaient si ils allaient avoir un grand stade et une grande équipe. Il y a quelques jours, JMA expliquait justement ce qui avait changé en interne. « Avec Bruno, quand il y a un doute, l’un interroge l’autre et inversement. C’est très complémentaire avec une complicité de tous les instants. Il sait que quand j’ai pris la décision, ce n’était pas pour lui faire plaisir mais c’était la meilleure solution pour l’institution(…) Il a une analyse juste sur le plan technique, une connaissance de ses joueurs et la volonté de tout donner pour que le club retrouve sa vraie position. Les résultats qui sont là ne doivent pas uniquement au talent et à l’envie des joueurs mais aussi à tout ce qu’a communiqué Bruno et son staff. »

« Peut-être que les choses allaient moins bien avant et que le discours de l’entraîneur passait moins »

Les résultats, en effet, sont là. Et c’est un Olympique Lyonnais ambitieux, à un petit point du podium seulement, qui va tenter d’aller chercher l’AS Monaco, 2e du classement avec 7 points d’avance. Le capitaine, Maxime Gonalons, est lui-aussi revenu, pour RMC, sur ce qui avait changé depuis quelques semaines. Et sur le bien-fondé du changement d’entraîneur. « Depuis le début de l’année on a retrouvé certaines bases. Il y a eu du changement dans le staff. Bruno Génésio a amené sa patte. Aujourd’hui ça se ressent sur le terrain car on fait les efforts les uns pour les autres. Peut-être que les choses allaient moins bien avant et que le discours de l’entraîneur passait moins bien. Il avait peut-être l’impression d’être moins écouté. On sentait qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas. Il fallait changer. »

Prochains rendez-vous pour l’OL en Ligue 1, deux rencontres cruciales face à Lille, le week-end prochain dans le Nord, et contre le Paris Saint-Germain dans une dizaine de jours à domicile.

 

Benjamin Danet

Journaliste et Directeur Général de But!