OL : pourquoi les Gones ne peuvent pas pavoiser malgré la victoire à Nîmes (4-0)

false

Grâce à des réalisations de Memphis Depay (doublé), Houssem Aouar et Joachim Andersen, l’OL s’est imposé 4-0 face à neuf Nîmois ce vendredi. Un résultat qui fait du bien au niveau comptable mais qui ne peut masquer les carences. Trois raisons de se méfier avant Leipzig.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OL

Parce que la VAR a été clémente

Un carton rouge pour Théo Valls au bout de cinq minutes alors que le milieu des Crocos n’a pas touché Maxence Caqueret, un penalty rapidement provoqué par Bertrand Traoré qui file pourtant s’empaller sur Pablo Martinez (16e)… On ne peut pas franchement dire que la liaison avec le bus du VAR a été d’un grand secour à Olivier Thual.

Parce que Nîmes a complètement dégoupillé

A dix pendant 85 minutes, les Crocos auraient déjà eu du mal à revenir même si Anthony Briançon est passé proche de marquer en début de match (11e) sans un arrêt d’Anthony Lopes mais à neuf c’était quasiment mission impossible. Autant dire que le geste complètement débile de Gaëtan Paquiez sur Rafael ne s’imposait pas (41e). Encore plus après avoir pris un carton jaune pour un accrochage sur Houssem Aouar.

Parce que collectivement c’était le zéro absolu

Au niveau du tableau d’affichage comme des buteurs, il y a de quoi avoir le sourire. Muet mais meilleur Lyonnais face à Lille, Memphis Depay a soigné son retour d’un doublé. Houssem Aouar, pour sa première titularisation depuis la trêve internationale, a également pris un peu confiance. Tout comme Joachim Andersen, faisant son retour dans le onze à la place du toujours autant sifflé Marcelo, et buteur pour la 2e fois de la saison. Le reste ? Une bouillie offensive indigente, peu de mouvements, pas d’actions… A 11 contre 9, dans le jeu, ça aurait pourtant dû être beaucoup beaucoup mieux.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008