L’instant OM : et là, il ne vous manque pas Didier Deschamps ?!

Supporter de l’OM devant l’éternel (qui, pour lui, s’appelle Raymond Goethals), Raphaël Nouet reviendra désormais chaque mercredi à 19h sur l’actualité chaude de son club de cœur.

“Dimanche, j’ai coupé à 0-2. J’ai même eu le bonheur de ne pas assister au deuxième but montpelliérain, qui plus est inscrit par un ex-Bordelais, car je suivais le match en léger différé et j’ai reçu une alerte m’annonçant la triste nouvelle avant qu’elle ne se déroule sous mes yeux. Depuis cette nouvelle sortie déprimante, tout le monde en a pris pour son grade dans les médias : les joueurs, évidemment, Rudi Garcia mais aussi Jacques-Henri Eyraud, Andoni Zubizarreta et même Frank McCourt. Comme toujours dans le football, il faut des coupables après une série de défaites qui, c’est quand même bon de le rappeler, ne remet pas en cause l’objectif initial qui est de terminer sur le podium. Mais je suis d’accord qu’il ne faut pas que la bouillie servie depuis le début de la saison se prolonge car l’indigestion est déjà présente…

 

Votre Application Android But! Marseille à télécharger gratuitement !

Votre Application IOS But! Marseille à télécharger gratuitement

Maintenant, puisqu’on en est à tirer tous azimuts, je voudrais m’en prendre à une partie des supporters, ceux-là qui ont poussé en 2012 pour que Didier Deschamps quitte le club. Six ans plus tard, il ne vous manque pas trop ? Ah, c’est sûr qu’avec lui, l’équipe était plus défensive (et encore…), la tactique très forte, les envolées très rares. Mais depuis qu’il est parti, on n’a plus gagné un Clasico, on a rarement remporté un grand match et on n’a plus décroché de trophées. Or, qu’est-ce qui défini un grand club si ce n’est son palmarès et les chocs qu’il remporte ? J’étais à la finale de la Coupe de la Ligue contre l’OL (1-0 a.p.) en 2012. On s’était ennuyé à mourir, c’est vrai, mais à l’arrivée, on avait battu une équipe qui ne cesse de nous mettre des piles depuis. Et surtout, la fête qui avait suivi avait fait oublier les 120 minutes d’ennui.

Je ne sais pas si les supporters ayant poussé pour le départ de Deschamps étaient instrumentalisés par José Anigo mais je ne comprends toujours pas comment on peut vouloir mettre dehors un type ayant mis fin à 18 ans sans trophée et qui a emporté avec lui sa recette magique. Avec Rudi Garcia, on nous avait promis de la folie, de l’audace, des buts. Je constate, sans le condamner, que tout cela n’est pas au rendez-vous depuis deux ans qu’il est là. Enfin si, quand on rencontre Metz ou des clubs de L2 en Coupe de France. Perso, je préfère gagner quelle que soit la manière. M’en prendre six à Monaco ou cinq au Vélodrome contre le QSG, ça me tue. Je suis prêt à parier mon maillot de 93 qu’avec “DD”, ça ne se serait pas produit. Mais le peuple a parlé. Et je me dis que parfois, ce serait bien qu’il ferme sa gueule…”

R.N.