L’instant OM : le conseiller spécial et la théorie des dominos

true

Supporter de l’OM devant l’éternel (qui, pour lui, s’appelle Raymond Goethals), Raphaël Nouet revient chaque mercredi soir sur l’actualité chaude de son club de cœur.

Ouf ! Je commençais à me dire qu’on avait bien changé mon OM ! Tout allait comme sur des roulettes, l’équipe gagnait, les joueurs jouaient, l’entraîneur entraînait, les supporters supportaient, les dirigeants dirigeaient… La vie d’un grand club dans toute sa splendeur ! Oui mais voilà, on est à Marseille et quand ça va trop bien, il faut toujours se tirer une balle dans le pied (une pensée pour José Anigo, qui a plombé les années Deschamps…) !

Jacques-Henri Eyraud aurait pu vendre un Alvaro Gonzalez, un Valentin Rongier ou un Dimitri Payet, histoire de faire s’écrouler le château de cartes. Mais avouez que ça aurait été trop gros. Et puis, ça aurait pu coûter la qualification pour la Champions League et l’idée, c’est quand même d’y aller pour remplir les caisses. Il fallait trouver un autre moyen de casser la machine sans faire dérailler l’équipe.

Il a mis du temps à trouver, le bon président, mais ça a fini par venir : un conseiller spécial pour bien vendre en Angleterre ! Super idée ! Eh oui, c’est vrai qu’Andoni Zubizarreta n’a pas réussi à vendre Zambo Anguissa une trentaine de millions à Fulham il y a un an et demi ! Son échec de l’été dernier ? Eh bien, quand votre équipe sort d’une saison pourrie, vous avez beau dire à vos interlocuteurs que Morgan Sanson est un super joueur, ils ne risquent pas de vous croire. L’été prochain, en revanche, je suis sûr que l’ancien Montpelliérain partira pour West Ham ou ailleurs moyennant une fortune. Que ce soit Paul Aldridge ou Zubizarreta qui mène la négociation.

Je pense qu’on est tous d’accord pour dire que la nomination d’Aldridge (dont j’ai adoré l’homonyme de Liverpool dans les années 80) est une sanction à l’encontre de Zubi après son intersaison ratée. On savait le Basque dans le collimateur de Frank McCourt et son entourage, on le disait sur la sellette, voilà qui confirme toutes les rumeurs. Son incapacité à bien vendre et à bien recruter depuis trois ans lui vaut de voir aujourd’hui ses prérogatives rognées.

Ce qui me gêne, ce n’est pas qu’on tire sur Zubizarreta. J’ai critiqué à plusieurs reprises son bilan, s’il saute, ça ne me dérange pas. Le souci, c’est qu’André Villas-Boas semble lier son destin à lui et je n’ai pas envie que le Portugais soit une victime collatérale de l’arrivée d’Aldridge. Si Zubizarreta, se sentant humilié ou offensé, décide de partir sur un coup de tête, il se passe quoi avec « AVB » ?

J’ai vraiment très peur que l’arrivée d’Aldridge finisse par entraîner le départ de Villas-Boas après celui de Zubizarreta

Tout ça pour un type qui ne va servir à rien vu que nos joueurs se sont bien mis en valeur cette saison ? C’est l’an dernier qu’il fallait le faire venir ou en septembre, pour qu’il trouve des pigeons susceptibles de recruter Strootman ou Radonjic (mince, je recommence avec lui…) lors du mercato ! J’ai vraiment très peur que l’arrivée d’Aldridge finisse par entraîner le départ de Villas-Boas après celui de Zubizarreta.

Eyraud et McCourt auraient alors tout gagné : ils seraient certes en Champions League mais avec des moyens toujours limités et un staff technique à recomposer, sans parler de joueurs démotivés tellement ils semblent apprécier le Portugais. Voilà, c’est ça, l’OM : un club qui s’embrouille tout seul la tête quand ça va bien. Ce n’est pas parce qu’on le sait et qu’on y est habitué qu’on finit par s’y faire…

P.S. : une grosse pensée pour tous ceux qui, comme moi, ont galéré pour avoir des places pour Granville-OM ! Je n’ai trouvé les précieux sésames que mardi soir sur les coups de minuit, quand 800 tickets ont été mis à la vente sur les sites de Caen et de Leclerc. A moi le combo magique D’Ornano-Villa Eugène (resto magnifique en face du stade) ! Cette incroyable ruée prouve encore et toujours à quel point notre club est populaire et aimé partout en France. Même s’il est tout le temps pris de convulsions !

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001