OM : ce 20 mars, le club fête un glorieux anniversaire

Il y a 28 ans, l’Olympique de Marseille éliminait le grand Milan AC en quarts de finale de la Coupe d’Europe des clubs champions au terme d’une rencontre arrêtée à un quart d’heure de la fin.

S’il fallait une preuve que la France n’est pas un pays de football, ce serait celle-ci : c’est en Italie que l’on évoque aujourd’hui l’anniversaire du mythique quart de finale de Coupe d’Europe des clubs champions 1991 ayant vu la chute du grand Milan AC d’Arrigo Sacchi face à l’Olympique de Marseille de Raymond Goethals.

Il y a 28 ans jour pour jour, le Vélodrome était en fusion pour accueillir les doubles champions d’Europe en titre, que l’OM avait tenu en échec à l’aller (1-1) malgré une énorme bourde entre Bernard Casoni et Carlos Mozer sur l’ouverture du score. A San Siro, Raymond Goethals avait fait le pari de presser haut les « Rossoneri », qui n’étaient pas habitués à un tel traitement. Généralement, ce sont eux qui l’infligeaient à leurs adversaires.

Le pilonne saute, le Milan AC disjoncte

Privés de Franco Baresi et Marco van Basten à l’aller, les Italiens ne pouvaient toujours pas compter sur le Hollandais au retour. Mais leur équipe était tout de même impressionnante. En face, l’OM, crispé par l’enjeu, mit du temps à donner sa pleine mesure. A un quart d’heure de la fin, Bernard Casoni remonta la balle dans le camp milanista, décala Abedi Pelé dont le centre trouva la tête de Papin, qui dévia pour Chris Waddle. L’Anglais, à moitié sonné par un coup de coude Paolo Maldini quelques instants plus tôt, expédia une volée du droit, lui le gaucher exclusif, dans le petit filet opposé.

Le Vélodrome bascula dans la folie. Dans la foulée, après un rush de Waddle qui manqua de peu de doubler la mise, un pilonne cessa de fonctionner. Le Milan voulut saisir l’occasion de s’imposer sur tapis vert. Sur ordre d’Adriano Galliani, Baresi obligea ses partenaires à quitter le terrain après plusieurs minutes de confusion. L’arbitre, Bo Karlsson, fit reprendre le jeu, constata l’absence des Italiens et siffla prématurément la fin de la partie. L’OM venait de terrasser le grand Milan, qui écopa pour le coup d’un an de suspension de Coupe d’Europe pour sa conduite antisportive. Après avoir sorti le Spartak en demies, Marseille chuta face à l’Etoile Rouge de Belgrade en finale. Une défaite ô combien douloureuse qui servit de terreau au succès de Munich deux ans plus tard face (encore) au Milan. Mais de cela, on en reparle le 26 mai !

Pour les nostalgiques, voici le résumé de la partie…

R.N.