par julien.demets

OM : Deschamps vide son sac

Sur BeIN Sport, Didier Deschamps s'en est violemment pris à José Anigo et Vincent Labrune.

Depuis sa nomination à la tête des Bleus, Didier Deschamps avait pris de la hauteur. Il ne parlait, ou très rarement, de l'Olympique de Marseille. Et encore moins de José Anigo, le directeur sportif de l'OM. Sur BeIN Sport, le sélectionneur de l'équipe de France est sorti de son silence. Et ça déménage. "Il y a deux sortes de directeurs sportifs : ceux qui font l’intérêt du club et de l’entraîneur en poste ou ceux qui font leur propre intérêt. S’il a été à l’origine de mon départ ? Oui, c’est une différence profonde, voilà" , a expliqué l'ex-entraîneur de l'OM. José Anigo appréciera.

"Du foutage de gueule"

Mais Deschamps n'en reste pas là. Il pointe également Vincent Labrune, et son incapacité à choisir entre son entraîneur et son directeur sportif. "Après, il y a aussi des intérêts qui sont différents. Ça peut arriver. Mais il y a des choses qui ont été dites, qui sont assez graves pour moi et qui ne m’étaient jamais arrivées depuis 25 ans que je suis dans le milieu pro. Il y avait des dirigeants, un pouvoir qui venait du dessus. Ces gens-là prennent les décisions ou ne les prennent pas. En l’occurrence, ils n’en ont pas pris donc moi j’ai pris la décision à leur place" , ajoute-t-il.

L'ex-entraîneur de Monaco revient aussi sur son rôle d'entraîneur élargi lors de sa dernière année à l'OM. De la foutaise pour lui. "Dans la dernière année, on a "élargi mon pouvoir". Mais c’est du foutage de gueule ! Parce que ma fonction a toujours été la même. On m’a mis "entraîneur général". Ben j’étais entraîneur de l’équipe de Marseille. Avec ni plus, ni moins de pouvoirs que la première année. C’était juste pour donner un signal... Mais dans la réalité ce n’était pas du tout ça" , conclut Deschamps, qui en avait visiblement assez de voir critiquer sa gestion sans pouvoir répondre. C'est chose faite.

A.F.

Pour résumer

Sur BeIN Sport, Didier Deschamps s'en est violemment pris à José Anigo et Vincent Labrune.

julien.demets
Rédacteur
julien.demets