OM : Di Méco explique ce qu’il manque à Payet, Thauvin et consorts

true

La légende de l’OM Eric Di Méco trouve que le football s’est beaucoup assagi par rapport à son époque, où les défenseurs se permettaient plus de choses.

Il vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître… Sur RMC, Eric Di Méco a comparé le football actuel et celui qu’il a connu, il y a plus de quarante ans. En regrettant qu’aujourd’hui, on protège trop les joueurs, ce qui finit par dénaturer le jeu à son goût. A ceux qui pensent qu’il aurait eu un avis différent s’il n’avait pas été latéral gauche, on rappellera qu’il a débuté sa carrière comme ailier.

« Quand je regarde des matchs de haut niveau aujourd’hui,  ça s’est vachement pacifié. Je trouve ça bien parce que cela permet aux attaquants de pouvoir s’exprimer, et le jeu est devenu un petit peu plus fluide. Mais, je me demande quand même si le football n’a pas perdu de son essence. Le foot reste un sport de contact, de combat où tu dois aussi montrer des valeurs de courage. »

« Je me rappelle des déplacement à Ajaccio quand J’ai commencé à joué au foot. On s’échauffait en dehors du stade, et les supporters adverses nous fonçaient dessus en voiture. Tu as 18 ans et tu vois des pères de famille te foncer dessus en voiture… Et bien, d’abord on n’est pas mort et cela a quelque part forgé notre caractère. »