OM : Eyraud pilonné, sa défense du projet Ajroudi... Les dessous de l'habile com' de Boudjellal
par Alexandre Corboz

OM : Eyraud pilonné, sa défense du projet Ajroudi... Les dessous de l'habile com' de Boudjellal

Ce jeudi, sur RMC Sport, Mourad Boudjellal est sorti du silence et a évoqué la plainte dont il fait l'objet de la part de l'Olympique de Marseille.

S'il avait décidé de se mettre en retrait médiatique il y a quelques jours, Mourad Boudjellal s'est senti obligé de revenir sur le devant de la scène après qu'une plainte a été déposée contre lui et Mohamed Ajroudi, tous deux accusés par Jacques-Henri Eyraud « de mener une campagne de déstabilisation de l'OM ». Plutôt léger dans le ton concernant cette attaque directe qu'il considère comme « du pipi de chat », l'ancien boss du RCT a distillé quelques messages lors de ses passages du jour sur RMC. Décryptage.

Il tente encore de fragiliser Jacques-Henri Eyraud

« Je suis prêt à me retirer s’il le faut parce que je pense que Monsieur Ajroudi est la bonne personne pour aider Franck McCourt et faire grandir l'OM. Il a une capacité assez exceptionnelle pour réunir les gens (...) Cela ne me dérange pas de me retirer, si tout doit passer par Monsieur Eyraud, dans l’intérêt de l'OM. Mais aujourd'hui, je crois que le véritable problème de ce club n’est pas la vente mais le départ de Monsieur Eyraud. C’est devenu le seul enjeu qu’il défend ».

Par cette phrase, le fer de lance médiatique du projet Ajroudi appuie un peu plus sur le bouton Jacques-Henri Eyraud, renvoyant le président délégué de l'OM à la haine qu'il suscite déjà chez certains supporters. Mourad Boudjellal se pose en chevalier blanc, en « seigneur » prêt à laisser la place à un autre porte-parole que lui, face à un Eyraud farouchement attaché à son poste et prêt à tout pour garder son petit pouvoir à Marseille. Même s'il n'y avait que du vent derrière le projet Ajroudi et que la justice venait à confirmer ce fait, cela n'empêcherait en rien la vox populi de se déchaîner contre le « mal-aimé » Eyraud : « Il a quand même un salaire de footballeur qui ne marque pas de but», a d'ailleurs assené Boudjellal dans un tacle finement placé.

Il continue d'agiter la boîte à rêves

« Je me bats pour ce dossier car je crois sincèrement que l’on peut faire quelque chose de grand avec ce club. Mais ce n’est pas le but premier de ma vie. Si on y arrive tant mieux, ce sera beaucoup de responsabilités (...) Si on n’y arrive pas les gens me traiteront de clown et ils auront raison. Je me mets énormément en danger. D'autres ont dit Champions Project et on voit le résultat. Pour moi c’est un challenge mais pas un enjeu de vie ».

Face à la communication désastreuse d'un Ajroudi vendant le rêve de voir Zidane et Cristiano Ronaldo à Marseille, il fallait le contrepoids. Habillement, Mourad Boudjellal vend un rêve en restant vague sur son contenu mais en attaquant l'ancien projet acheté par Frank McCourt. Une communication millimétrée, faite pour plaire aux supporters désireux de changement. L'ancien boss du RCT défend aussi sa sincérité sur le dossier.