OM : Fanni, la saison de trop ?

Cette saison, Rod Fanni en est à sa 15e année professionnelle, sa quatrième sous le maillot de l’OM. Mais au fil des matches, le latéral droit français montre des signes de faiblesse qu’il n’avait pas auparavant. Il faut dire que depuis le départ de César Azpilicueta, il manque cruellement de concurrence dans son couloir droit. Simple lassitude passagère ou vrai déclin ? Quoiqu’il en soit, le latéral droit de 31 ans ne réalise pas le meilleur début de saison de sa carrière. En jambes mais fébrile, Fanni peine à trouver son rythme de croisière cette saison. Face à Nice (0-1), il est une nouvelle fois directement fautif sur le but des Aiglons pour n’avoir pas dégager le ballon assez rapidement. Souvent débordé côté droit, il n’a pas réussi non plus à combiner avec cette fois-ci Florian Thauvin (qui remplaçait Dimitri Payer suspendu) pourtant très remuant. Inquiétant.

Quelle solution pour Baup ?

Figure exemplaire dans le vestiaire et responsable devant les journalistes, le défenseur olympien l’est cependant beaucoup moins sur les pelouses ces derniers mois. Le contrecoup d’une saison passée flamboyante, qui lui a permis de retrouver l’équipe de France ? Tempérons, il n’est pas non plus catastrophique. Mais il fait ses matches, sans plus. Ses montées offensives sont rarement percutantes et son jeu en plusieurs touches de balle ne permet pas de créer des décalages dans son couloir.
Mais Elie Baup n’a pas vraiment le choix. Kassim Abdallah relégué en CFA 2 ne semble pas avoir les faveur du coach malgré de bonnes dispositions montrées en début de saison passée. Quant au Minot Laurent Abergel, il n’est pas encore prêt à prendre la relève. Le sera-t-il un jour ? Rien n’est moins sûr. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que les dirigeants olympiens ont tenté d’arracher Sébastien Corchia (22 ans) à Sochaux dans les dernières heures du mercato. Sentaient-ils le vent tourner ? Cette initiative a-t-elle perturbée l’ancien rennais ? Si finalement la tentative de recruter le jeune doubiste a avorté, elle pourrait refaire surface dès cet hiver. A moins que d’ici là, le roc Fanni ne retrouve tout son allant.

M.L., à Marseille.