OM : La légende olympienne n’a pas pris une ride, le fils Goethals en atteste

Au même titre que d’anciens joueurs olympiens, héros de la Ligue des Champions 1993, le fil de Raymond Goethals, Guy, était à Marseille le week-end dernier. Il se souvient…

On a longtemps appelé son père Raymond la science. Le seul entraîneur, en tous cas, capable de faire gagner une Ligue des Champions à un club français. C’était il y a 25 ans et ça demeure d’actualité, aucune équipe de l’hexagone n’ayant été en mesure de succéder à l’OM.

Présent dans la cite phocéenne le week-end dernier, Guy Goethals a livré ses impressions, et ses souvenirs, au quotidien La Provence. Confidence : « Son folklore, ses parties de belotes, sa présence au Palm Beach où il allait décider lui-même en cuisine ce qu’il allait manger le soir, l’ont fait admettre et aimé. Mais son professionnalisme mis en exergue, sa connaissance du football, car il pensait, il vivait pour le football au détriment de sa famille, l’ont aussi fait respecter ».

Quant au sacre de Munich, face au Milan AC, un soir du printemps 1993, il demeure à jamais dans la mémoire familiale. Surtout pour un Belge adopté par les Marseillais. « Le temps a passé, nous voilà vingt-cinq ans plus tard, et c’est toujours un plaisir de revenir à Marseille, pour l’ambiance. Je vois que tout le monde se porte toujours bien, même après la défaite en finale de la Ligue Europa. L’état d’esprit, la grinta sont les mêmes(…)Le passage de mon père à Marseille a donné encore une impulsion à son image. Son folklore belge et bruxellois s’est très bien marié avec le folklore de Marseille. Il est venu après Franz Beckenbauer, allemand qui ne communiquait pas de la façon la plus optimale. Mon père, avec son bagout, parvenait à faire passer son message et il donnait une image positive. Le contact passait très bien entre lui et Bernard Tapie ou Jean-Pierre Bernes, ensemble ils ont construit un édifice qui est allé au sommet. »

L.T.