OM : les 5 choses à attendre du second Mercato
par Alexandre Corboz

OM : les 5 choses à attendre du second Mercato

Dans une semaine, le Mercato de Ligue 1 va ouvrir ses portes pour la deuxième fois. Le point sur ce qu'il peut encore se passer du côté de l'OM.

Réaliser une ou deux grosses ventes au moins

Si le club phocéen a enregistré deux renforts pour quasiment rien ces dernières semaines (Gueye est arrivé libre, Balerdi a été prêté avec option d'achat), l'objectif prioritaire de l'anglais Paul Aldridge et du nouvel « head of football » Pablo Longoria est bel et bien de vendre pour rentrer dans les clous du fair-play financier et combler une partie du déficit abyssal des deux dernières saisons (plus de 200 M€). Pour se faire, l'OM doit rentrer aux alentours de 70 M€. Les ventes de deux ou trois joueurs – à choisir parmi Duje Caleta-Car, Morgan Sanson, Maxime Lopez ou Boubacar Kamara – seront donc nécessaires.

Solutionner le cas Florian Thauvin

De tous les joueurs en fin de contrat en juin 2021, le cas du Champion du Monde est aujourd'hui le plus sensible. La direction de l'OM perdrait beaucoup de sa crédibilité si l'Orléanais venait à partir libre dans un an après s'être valorisé en Ligue des Champions. Sa grosse blessure à la cheville en 2019-20 a fait tomber sa cote sur le marché des transferts et l'intéressé, vexé de ne jamais avoir obtenu le plus gros salaire du club dans ses meilleures années à Marseille, est aujourd'hui réticent à prolonger. Encore plus avec Jacques-Henri Eyraud où la relation est fraîche. Il faudra pourtant trouver une solution avant le 5 octobre. Soit une vente à 15-20 M€, soit une prolongation en bonne intelligence pour obtenir un retour sur investissement.

Dénicher des bons plans en attaque et en latéral gauche

Pablo Longoria ne s'en occupera pas vraiment puisque le travail avait déjà été réalisé en amont par André Villas-Boas et Andoni Zubizarreta mais l'OM va devoir réaliser deux opérations « à la Balerdi » pour un second attaquant à associer à Dario Benedetto et un latéral gauche pour doubler le poste de Jordan Amavi. Le club phocéen n'étant pas en mesure d'empiler les gros salaires, ces arrivées passeront sans doute par quelques départs préliminaires mais ces deux recrues au moins sont attendues. S'il venait à y avoir deux départs dans l'entrejeu, Marseille cherchera également à se faire prêter Michaël Cuisance (Bayern Munich).

Se débarrasser des boulets de l'ère Garcia (Mitroglou, Strootman)

Dans l'équation économique compliquée de l'OM, la baisse de la masse salariale est un vrai enjeu. Cela passe par le départ des deux gros boulets de l'ère Garcia : Kostas Mitroglou, de retour de prêt en provenance du PSV Eindhoven et qui coûtera 4 M€ à l'OM sur l'année 2020-21 et surtout celui du très cher milieu néerlandais Kévin Strootman (6 M€ par an). Problème : pour ces deux joueurs, cela ne se bouscule pas au portillon et aucun club ne sera prêt à leur offrir les mêmes conditions qu'à Marseille.

Arriver à un accord pour prolonger Steve Mandanda

Dans la stratégie visant à abaisser la masse salariale de l'OM, l'idée de lisser les prolongations de contrat des joueurs les plus méritants a fait son chemin. Pour rempiler jusqu'en juin 2024, Dimitri Payet a conssenti à une baisse significative de ses émoluments. Marseille essaie de parvenir à un accord similaire pour son emblématique gardien Steve Mandanda (35 ans). Le gardien des Champions du Monde est plus réticent mais cette signature sera l'un des grands enjeux des prochains mois. Le dossier Jordan Amavi le sera aussi mais à un degré moindre.