OM : les présidents de club font front derrière Jacques-Henri Eyraud

true

Menacé de mort, Jacques-Henri Eyraud (OM) a réussi un tour de force : susciter l’adhésion des deux syndicats de clubs.

En enrôlant Paul Aldridge en catimini pour gérer l’exfiltration de ses joueurs vers la Premier League, Jacques-Henri Eyraud ne pensait sans doute pas mettre le feu à l’Olympique de Marseille. C’était sans compter sur le caractère d’un André Villas-Boas qui, s’estimant trahi, s’est lâché en conférence de presse mercredi.

Eyraud réunit l’UCPF et Première Ligue

Pris dans le tourbillon médiatique, qu’il tente aujourd’hui de résoudre en multipliant les entretiens avec son entraîneur, le président olympien tente de s’en sortir tant bien que mal. Avant d’aplanir les tensions avec « AVB », Eyraud a d’abord tenu à s’assurer de sa sécurité, lui qui a reçu des menaces de mort de la part des réseaux sociaux.

Obligé de porter plainte dans la foulée, Jacques-Henri Eyraud peut quand même s’enorgueillir du soutien (tardif) de ses pairs. En effet, samedi, les deux syndicats de clubs Première League et l’UCPF ont fait un communiqué commun pour soutenir le président délégué de l’OM : « Nous condamnons avec la plus grande fermeté les menaces de mort dont a fait l’objet Jacques-Henri Eyraud, et avant lui, d’autres présidents ».

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008