OM : l’idée improbable de Boudjellal pour réconcilier toulonnais et marseillais

true

Candidat à un rachat de l’OM, Mourad Boudjellal, engagé à devenir président de Toulon, se verrait bien réconcilier les deux ennemis !

Dans les années 80, le derby du Sud opposé l’OM au SC Toulon. Une rivalité forte qui a causé des remous et une tension palpable entre les ennemis de la Méditerranée. Depuis, les Toulonnais sont tombés dans les méandres du football amateur français. Les Marseillais ont connu la gloire avec Tapie, et les déboires post Tapie.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Ces derniers jours, l’OM et le SCT se retrouvent rapprocher par un homme : Mourad Boudjellal. L’ex-propriétaire du RCT s’est engagé, avec une clause suspensive, à devenir le président du club de National 2. Mais, la clause signée lui permet de porter un projet de reprise des pensionnaires du Stade Vélodrome. Forcément, l’antagonisme passé est ressurgi rapidement. Lundi soir, Mourad Boudjellal a rencontré les figures de proue du supportérisme marseillais pour présenter ses perspectives olympiennes.

Dans Var-Matin, l’ancien éditeur s’est confié sur la rivalité entre les deux entités. Le natif d’Ollioules ne comprend pas la haine qui existe entre deux villes voisines : « J’ai pris la température. Surtout, je voulais comprendre d’où l’antagonisme entre Toulon et Marseille venait. J’ai eu quelques réponses. Comme un Toulonnais, c’est un Marseillais en colère. Oui, c’est parce qu’on se ressemble trop. » 

À force de courir deux lièvres à la fois, le businessman a causé le courroux dans les deux camps. Une situation que l’intéressé regrette. Selon ses dires, les supporters de l’OM attendent une remontée du rival en Ligue 1 : « En tout cas, je n’ai senti aucune haine. Mieux, même certains m’ont avoué qu’ils rêveraient d’un derby où ça se chambre. Ce qui est indispensable, ça fait partie du folklore. Mais, quoi qu’il se soit passé dans les années 80, il y a maintenant prescription. » 

Enfin, Mourad Boudjellal a terminé son propos en proposant une solution pour adoucir les moeurs : « Ce serait formidable que chacun fasse un pas vers l’autre. Pourquoi, à ce titre, ne pas organiser une rencontre entre les supporters des deux villes ? Même si ça choque, je ne désespère pas. Lorsque le RCT jouait au Vélodrome, les Marseillais étaient derrière Toulon. Il y a donc de l’espoir. » Un espoir qui semble vain tant la rivalité demeure entre les Toulonnais et les Marseillais lors des matchs de National 2 entre la réserve phocéenne et l’équipe une de la Rascasse.