OM – Mercato : Jacques-Henri Eyraud a du très lourd pour éjecter Adil Rami

OM : Jacques-Henri Eyraud a du très lourd pour enfoncer Adil Rami

Mercredi matin, Adil Rami a rencontré le président de l’OM Jacques-Henri Eyraud, pour un entretien préalable à une sanction pouvant aller jusqu’au licenciement. 

Jacques-Henri Eyraud n’a pas laissé passer l’occasion. Le président de l’OM a rappelé à l’ordre Adil Rami mercredi dans les colonnes de L’Équipe suite à son manque de professionnalisme de ces derniers mois. Hier matin, les deux hommes se sont parlé. L’échange a notamment porté sur la journée passée par le défenseur central à enregistrer une émission de Fort-Boyard, le lundi 20 mai.

« Il était blessé, attendu aux soins à Marseille, et sans autorisation, sans même prévenir, il va faire du combat dans la boue ou de la catapulte… De la catapulte !, s’exclame-t-on dans L’Équipe au sein du club. On est sur un problème de police d’assurance quant au joueur et sur les activités qu’il peut se permettre ou non en privé. Le dossier est solide. » Il est vrai que le champion du monde n’avait à aucun moment de l’émission donné des signes de fatigue ou d’un quelconque pépin physique. Il s’est même adonné à ces jeux de bonne grâce et en a réussi la plupart. Eyraud pourrait justement jouer là-dessus.

« Il s’agit peut-être d’un moyen de pression pour instaurer un rapport de forces, en vue d’une résiliation. Le revers de la médaille, c’est que si la faute n’est pas assez caractérisée, cela se retournera contre le club », poursuit un avocat marseillais.

Un cadre de l’OM croit lui savoir que le président de l’OM ne lâchera rien dans ce dossier épineux. « Eyraud en a fait une affaire de principe, indique-t-il dans le quotidien sportif. Soit Rami est viré, soit il est réintégré. Mais il y a peu de chances qu’on ait un entre-deux, c’est-à-dire des négociations pour une résiliation à l’amiable, comme cela avait été le cas pour Patrice Évra. »

Eyraud doit communiquer sa décision la semaine prochaine. Rami, lui, n’aurait pas encore pris d’avocat pour défendre ses intérêts. Cela veut-il dire qu’il a déjà abdiqué ?

JP