OM : motte de terre, Ginola, Fournier… les doux souvenirs de Clasico de Di Méco

true

La légende de l’OM Eric Di Méco a confié à L’Equipe quelques-uns de ses meilleurs souvenirs de Clasico, qui aurait dû se jouer ce soir.

Ce dimanche soir aurait dû avoir lieu le choc OM-PSG au Vélodrome. Choc certes sans intérêt depuis que le dopage financier est en vigueur dans la capitale mais affiche de la Ligue 1 malgré tout. Bien qu’elle soit reportée, L’Equipe y consacre d’ailleurs huit pages en faisant appel aux souvenirs de joueurs majeurs du passé.

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

Parmi eux figure bien évidemment Eric Di Méco. L’ancien latéral gauche de l’époque Tapie a disputé quantité de Clasicos. Son premier, en Coupe de France en 1982 alors que l’OM était en D2, lui est resté en travers de la gorge car Paris s’était imposé sur une frappe de Luis Fernandez déviée… par une motte de chaux ! Ses autres anecdotes marquantes concernent la rivalité des années 90…

« L’adversaire le plus redoutable ? C’est David (Ginola), évidemment. Quand il était en forme, c’est-à-dire souvent, contre nous, c’était un vrai défi de défenseur. C’était le symbole du PSG de Canal+ de cette époque, élégant, beau gosse. Il avait avait tout, il était technique, costaud, il allait vite, et contrairement à ce qu’on croit, il ne se planquait pas, il pleurait un peu à l’arbitre mais il ne partait pas en courant. »

« Le pire tacle ? Oui, celui sur Laurent Fournier en 1992/93. Avec l’avènement d’Internet, j’ai découvert que ce tacle fait partie des préférés des jeunes supporters marseillais. J’ai donc une certaine reconnaissance par rapport à ce tacle, qui est d’une violence incroyable. Aujourd’hui… (Rires) Je crois surtout qu’il n’y aurait pas eu besoin de VAR. Ce tacle, c’est une horreur. Mais Lolo s’est relevé, c’est le plus important. »

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001