OM : ses souffrances silencieuses, Bielsa… Les vérités de Nicolas N’Koulou

De retour à son meilleur niveau cette saison après une année noire à l’Olympique de Marseille, Nicolas N’Koulou est revenu avec franchise dans France Football sur cette renaissance et les traces que l’exercice 2013-14 a laissé dans sa vie : « Le plus dur à vivre, c’est quand tu plonges. Au départ, je ne m’alarmais pas et je me disais: “Il y a un problème, c’est à moi de me réveiller.’’ Mais cette baisse de régime, ce creux, quand on a habitué les gens à un certain standing, ce n’est vraiment pas beau. Nous ne sommes pas des machines, cette période-là m’a endurci », glisse l’intéressé.

« Le ciel m’est tombé sur la tête »

Sa souffrance sur le terrain s’est accompagnée d’un drame personnel : « Connaître la saison que j’ai connue avec l’OM, puis la Coupe du monde, et enfin la perte de mon papa, c’est terrible. Il y a quatre ans, pendant la Coupe du monde en Afrique du Sud, j’avais déjà perdu ma maman. Et là, papa… Le ciel m’est tombé sur la tête. Je me suis demandé: “Qu’est-ce qu’il m’arrive?’’ J’étais troublé, perturbé, abasourdi, assommé. Sa maladie a été courte, soudaine, imprévisible (…) Quand tu perds un être aussi cher, c’est une partie de toi qui s’envole. Désormais, chaque fois que je ferai quelque chose de bien, je n’aurai plus personne avec qui le partager. Mes parents étaient mon point d’appui, je pouvais discuter de tout avec eux. »

« Bielsa ne dit pas ce qu’il a en lui »

S’il a repris le fil de sa carrière par le bon bout avec l’arrivée de Marcelo Bielsa, le Camerounais n’a cependant pas lié avec « El Loco » une relation privilégiée en dehors du terrain : « Il me parle comme il parle aux autres. Il me recadre aussi quand je pars à l’abordage. Il y a un bel échange. Il élève parfois la voix. Il existe une petite différence de traitement entre les cadres et les plus jeunes, mais il n’hésite pas à crier sur qui que ce soit, pour le bien de l’équipe (…) C’est une personne avec beaucoup de charisme, qui sait comment gérer chacun de nous. Même quand on perd un match, il sait trouver l’encouragement précis pour nous replacer sur les bons rails mais Bielsa ne dit pas ce qu’il a en lui. »