OM : une prise de conscience pour Villas-Boas après la défaite face au Bayern ?

true

Dario Benedetto bénéficie de la confiance totale d’André Villas-Boas. Mais les carences de l’OM face aux gros pourraient changer la donne.

Hier en fin d’après-midi, l’Olympique de Marseille s’est incliné 0-1 sur la pelouse du centre d’entraînement du Bayern Munich. Le score ne reflète pas vraiment la physionomie de la rencontre, tant les hommes d’André Villas-Boas ont été dominés dans tous les compartiments du jeu. Cela n’a pas empêché le technicien portugais de dégager des points positifs de cette partie :

A lire aussi : Tous les articles sur l'OM

« Je suis content de l’aspect défensif, la discipline, la communication, la volonté, contre un adversaire déjà prêt pour la Ligue des champions. Physiquement, on a répondu présent. Offensivement, ils ont gardé le ballon, ils sont à un niveau supérieur. La cohésion, le placement, c’était bien, dommage que nous ayons raté nos deux meilleures chances en contre-attaque. »

Son latéral droit, Bouna Sarr, expliquait pour sa part qu’en 2020/21, l’OM n’essaierait pas de faire du jeu face aux grosses écuries : « C’était un sacré test, un beau match d’apprentissage par rapport à ce qu’on va découvrir cette saison en C1. Le coach a insisté sur notre bloc. Cette année, contre ce genre d’équipe, on ne va pas forcément aller chercher l’adversaire, il faudra rester solides, compacts. On est laxistes sur le but, mais le contenu n’est pas mauvais. »

Le problème avec cette tactique attentiste, c’est qu’elle surligne un point faible marseillais depuis (au moins) la saison passée : le manque d’impact de Dario Benedetto dans les matches cadenassés. L’Argentin n’est pas du genre à faire la différence tout seul et à chaque fois que son équipe a été dominée la saison passée, il a été transparent. D’ailleurs, beaucoup de spécialistes s’accordaient sur le fait qu’en Champions League, ce serait très dur pour lui, surtout si AVB continue de ne faire jouer son équipe qu’avec une seule pointe.

Dans son compte-rendu de la partie d’hier, L’Equipe a écrit à propos de l’ancien de Boca Juniors : « Benedetto semblait parfois déconnecté dans ce type de rencontre sans munition, et avec pour seule mission de contrarier la relance adverse ». Pour ce qui est de se sacrifier, de presser, de harceler, l’Argentin sera toujours là. Mais ce que les supporters attendent de lui, c’est avant tout qu’il marque. Et à ce niveau, même si sa première saison en France a été satisfaisante (12 buts), il y a beaucoup à redire.

André Villas-Boas, qui a fait le forcing pour le recruter l’été dernier et lui fait totalement confiance, devrait peut-être réfléchir à un plan B. A moins que dans des matches comme celui face au Bayern Munich, il attend que ses solistes Dimitri Payet et Florian Thauvin se servent de lui comme appui pour faire la différence. Dans tous les cas, le PSG voire même le FC Nantes la saison passée et le Bayern aujourd’hui ont apporté la preuve que l’OM a besoin d’une alternative à Dario Benedetto quand celui-ci est bien pris ou trop esseulé.

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001